mardi 8 octobre 2013

INTERVENTION DE VALERIE BOYER AU CONSEIL MUNICIPAL DU 07/10/13



Intervention Valérie Boyer
Députée des Bouches du Rhône
Conseillère Communautaire
Adjointe au Maire déléguée au CUCS,
à Marseille Rénovation Urbaine,au Programme de Rénovation Urbaine
Conseil Municipal
7 Octobre 2013






M. le Maire, chers Collègues

Nous sommes habitués à ce que Marseille, notre ville, soit l’objet permanent de reportages, ou annonces des médias nationaux montrant notre cité comme terre de violence ,de trafic , d'injustice

Cette vision réductrice, caricaturale est désormais relayée par certains élus locaux qui affirment haut et fort que rien n’est fait pour les quartiers ,pour les quartiers Nord en particulier , que les populations sont abandonnées . Je rappelle que dans ces quartiers , dits quartiers nord la gauche a le pouvoir depuis toujours .

Je refuse ces caricatures,cette utilisation des crimes et faits divers qui se déroulent sur le territoire marseillais , elle participe à casser les efforts engagés depuis plus de 15 ans pour qu'il n'y ait pas de rupture, de fracture dans la population marseillaise , pour que cette ville soit unie, soit une et indivisible .

Vous m’avez fait l’honneur de me confier la délégation de la PDV et de la Rénovation Urbaine , ce qui me permet d’avoir une vraie connaissance de la situation de ces quartiers mis en exergue , qui représentent plus de la moitié de la population marseillaise et ce qui me permet aussi de constater les efforts faits par cette Ville dans les domaines de ses compétences et au sein de politiques contractuelles .

Comment peut on dire que rien n'est fait quand , Marseille ,ville généreuse , intervient partout et sur tout

En 2013 , la ville de Marseille a consacré plus de 6 millions d'euros à la Politique de la ville, j'inclus dans cette somme les 3,7 millions consacrés au financement des projets associatifs , mais aussi les 2, 4 millions prenant en charge le personnel de la politique de la Ville qui intervient au cœur des quartiers . Ces agents sont au quotidien au cœur de ces quartiers et y assurent souvent la seule présence publique , .
Les financements politique de la Ville tous partenaires confondus, représentent en moyenne à peu près 20€ par habitant pour les 400000 marseillais concernés ,10€ pour l'Etat, 3 € pour la région, 7€ pour la Ville
Pour votre information l'Etat consacre 60€ par habitant à Lyon …

N'en déplaise à certains, 20€ est une moyenne , qui s'élève à 56€ pour un habitant du secteur Savine, Notre dame limite , contre 13€ pour un habitant de la Vallée de l'Huveaune , secteur où la ville se retrouve souvent financeur majoritaire ou parfois seul .

Au contraire de certaines collectivités ,vous n'avez jamais Mr le Maire , conditionné les efforts municipaux à une quelconque logique politicienne .
Vous avez scrupuleusement respecté les engagements pris dans le contrat urbain de cohésion sociale là où d'autres ont réduit subitement leur subvention dans l'est ou le sud de la ville ,ou ont tout d'un coup arrêté de subventionner une thématique comme la culture , juste l'année 2013 .

Pour vous , tous les marseillais sont égaux quelque soit leur secteur de domicile .

On nous annonce une nouvelle politique de la Ville , plus resserrée (peut être uniquement sur les quartiers Nord, plus efficace, mieux articulée entre les partenaires …

Qu'en penser alors que le Conseil Général, première collectivité compétente en matière sociale , a refusé de participer au contrat de cohésion sociale , tout en utilisant quand même notre dossier administratif et technique,

Qu'en penser quand le Conseil Régional baisse de 25 % sa participation en 2013,

Qu'en penser quand l'Etat accentue l'écart entre les montants accordés selon les secteurs , est ce qu'un habitant des Escourtines, dans le 11ème est moins à considérer qu'un habitant de Malpassé . ?

La politique de la Ville n'a pas besoin d'une nouvelle restructuration , elle a surtout besoin que nous redéfinissions les objectifs communs, partagés , d'engagements pérennes et respectés .et de transparence
les GIP ont fait l'objet de multiples audits dont d'ailleurs les résultats ne nous sont pas communiqués, audits forts couteux sans doute .
Ces enquêtes ont finalement démontré que nous avions mis en place des systèmes de surveillance, de contrôle qui empêchaient les dérives que certaines collectivités ont connues et qui ont participé à discréditer le monde associatif .
Comme pour les marchés publics , vous avez souhaité mr le Maire que cette Ville soit irréprochable dans ce domaine et cette rigueur nous permet chaque année de subventionner plus 800 projets , conduits par 600 acteurs associatifs, en toute transparence .


Comment peut on dire que rien n'est fait quand
Marseille la ville courageuse n'hésite pas , à prendre des risques financiers pour améliorer les conditions de vie de ses habitants . En matière de logements, d'aménagements ,la ville assume sa responsabilité alors qu'elle a à gérer l'héritage urbanistique de l' époque Defferre.
Marseille conduit, porte , 14 programmes de rénovation urbaine avec l'ANRU pour un total dépassant le milliard d'euros .
Ces 14 sites , implantés essentiellement au nord , au nord est , au centre ville , implique pour la Ville de s'engager à couvrir par exemple des déficits d'opérations , comme pour Kallisté ou la Savine . Et la Ville n'hésite pas à le faire alors que d'autres font part interminablement de leurs atermoiements sur les projets pour une quote part quelquefois indécente ( deux cent mille euros du Conseil Général pour la Savine , jusqu'au dernier CA de MRU ou les 14 CA qui ont été nécessaires pour trouver un accord pour le projet Picon Busserine ) .

La Ville n'hésite pas , elle, parce que , grâce à ses efforts, déjà plus de 1500 familles ont pu être ainsi relogées dans des programmes de logements neufs de grande qualité , à la Viste, au Plan d'Aou, aux Créneaux ,à Saint Paul, aux Flamants ....., sans compter les rénovations
D'ici 2015, plus de 2300 familles connaitront cette évolution dans leur parcours résidentiel et dans leur vie tout simplement .

Comment peut on dire que rien n'est fait quand
Marseille ne se contente pas de rénover ses quartiers, ses équipements publics .

Elle fait en sorte d'y faciliter le développement économique .
Vous avez créer mr le Maire les ZFU qui sont une vraie réussite pour Marseille et pour ces quartiers en particulier .
Ce dispositif a permis de conjuguer disponibilité foncière , dynamisme local,et emploi pour les habitants des quartiers en difficulté
Plus de 13000emplois ont été crées sur les territoires ZFU et ont ainsi redonné espoir à toute une population .
Dans cette même logique ,
Sur les sites porteurs d'un Projet de Rénovation Urbaine, , grâce aux clauses d'insertion , plus de 300 personnes habitant en ZUS, ont pu bénéficier d'un contrat de travail .
Ces chantiers ramènent une activité au cœur de ces quartiers et font aussi évoluer les pratiques des maîtres d'ouvrage privé qui n'hésitent pas à faire confiance au public en insertion .
Un dispositif similaire est mis en œuvre sur le territoire d'Euroméditerranée .

Comment peut on dire que rien n'est fait quand Marseille , construit, rénove les centres sociaux au cœur de ces quartiers, à Saint Antoine, à Saint Mauront , demain à la Cayolle ;
la politique de la Ville consacre chaque année plus de 4,5 millions d 'euros au financement de projets portés par les 45 centres sociaux et maisons pour Tous de Marseille des territoires prioritaires , soit 30 % de leur budget .

Comment peut on dire que rien n'est fait quand
Marseille, la ville innovante , n'a pas attendu la réforme de l'aménagement du rythme scolaire pour se préoccuper du bien être des petits Marseillais à l'école et après l'école .
Alors que chacun s'accorde à dire que l'éducation est le pilier de la République , mr Peillon réduit le temps scolaire .
A Marseille, sur le secteur de la Cayolle , nous, nous faisons le contraire et nous replaçons l'école au centre d'un dispositif agissant sur la qualité des apprentissages, la découverte des pratiques culturelles et sportives ,et aussi la citoyenneté .
Le projet innovant mené à l'Ecole des Calanques avec l'association APIS casse l'effet de ghettoïsation de l'établissement scolaire parce que l'Ecole redevient le lieu de l'échange , du partage tout en privilégiant le professionnalisme des intervenants, la sécurité des enfants et l'adhésion des parents .
L'accent est surtout mis sur l'amélioration des comportements et des résultats scolaires , parce que c'est l'objectif à atteindre pour offrir un avenir à cette génération .
La politique de la Ville vient ainsi compléter les efforts engagés pour le soutien scolaire , primaire et secondaire .
Nous soutenons les 200 opérations coup de pouce , organisés dans les 77 écoles dont 76 en site prioritaires et les 100 cycles Pacquam (soutien scolaire des collégiens) .


Comment peut on dire que rien n'est fait alors que
Marseille , c'est aussi la ville du partage,

Marseille, Capitale européenne de la Culture est un vrai succès, succès visible par la fréquentation des événements culturels , par la qualité des équipements offerts au public , mais aussi succès par l'adhésion de la population à cette entreprise collective .
Avec la Politique de la Ville et MRU, nous avons tenu à participer à cette dynamique, parce que la culture est un vrai outil de cohésion sociale .
10 % des crédits politique de la Ville sont consacrés chaque année à cette thématique .
Les quartiers créatifs , associant rénovation urbaine et création , ont permis ainsi la mobilisation des acteurs associatifs ou culturels locaux et d' artistes de renommée internationale .comme à Plan d'Aou avec Kosmos Kolej et Bank of Paradise, ou Parc sur les hauts de Mazargues
Ces expériences ont des conséquences immédiates sur l'appropriation par les habitants du projet urbain et renforcent aussi le sentiment de partager le territoire marseillais, d'y appartenir <.

Alors Mr le Maire et chers collègues ,
avant de dire que rien n'est fait ,
que les élus responsables respectent le travail fait au quotidien , par nos agents , par les associations, avec les habitants,
que les élus responsables respectent leurs engagements , comme la réalisation du BUS , n'est ce pas mr Caselli .
Ils y gagneront en crédibilité pour eux mêmes et pour la politique car tout ce qui participe à l'abaissement de la parole publique nuit à la démocratie .