vendredi 18 octobre 2013

Loin des souffrances des français : Léonarda


Les socialistes gouvernent au baromètre de l’émotion. L’affaire Léonarda en est l’illustration.  C’est Claude Bartolone lorsqu’il déclare que " Il y a la loi. Mais il y a aussi des valeurs avec lesquelles la Gauche ne saurait transiger. Sous peine de perdre son âme". C’est Manuel Valls qui écourte sa visite aux Antilles pour recevoir le rapport sur les conditions de l'expulsion de la collégienne kosovare.  Il n’y a donc pas d’Etat de Droit en socialie. Au moment où des Français désespérés piègent leur usine à Marcq-en-Baroeul dans l'indifférence générale, toute l'attention est portée sur Léonarda. Et Mélenchon de demander la démission de Manuel Valls quand, au vu des chiffres du chômage, ce sont celles de Michel Sapin et Jean-Marc Ayrault qu'il faudrait réclamer. Rappelons que Léonarda est restée en France si longtemps parce quelle a épuisé tous les recours du droit d’asile et que sa famille est passée trois fois au tribunal. Il est paradoxal de constater que ce sont les mêmes qui s’engageaient haut et fort à ne pas réagir à l’actualité, à ne pas interférer dans les décisions de Justice (« Moi, Président »). Quel message adressent-ils aux Français quand d’un côté ils suscitent un tel appel d’air en direction des populations en difficulté hors de nos frontières et que de l’autre ils tournent le dos aux souffrances des Français ?