mardi 22 octobre 2013

Valérie BOYER répond à Patrick Mennucci : Etre candidat pour Marseille ce n'est pas concourir au radio crochet de la vulgarité


Les invectives proférées par Patrick Mennuci à l'égard du premier magistrat de la deuxième ville de France sont autant de cache-misère voués à dissimuler l'absence de projet du candidat socialiste aux élections municipales. 

Tout porte à croire que les leçons de coaching pour lisser l'image du candidat n'ont pas porté les fruits escomptés... et le naturel de revenir au galop! 

M. Mennucci cherche à se faire passer pour un symbole de vitalité et de renouveau ; lui, le bébé guérini, lui le repenti de la dernière heure, l'apparatchik qui a voté toutes les lois de matraquage fiscal du gouvernement Ayrault. Attaquer Jean-Claude Gaudin sur un prétendu manque de vitalité est une gageure ; pour l'avoir suivi dans ses journées aux cadences infernales, il épuise tout le monde! 

Le débat public marseillais, ce n'est pas l'émission des Grandes Gueules. Il a déjà confisqué le débat de fonds à l'occasion de la primaire socialiste pour en faire un combat de politiciens, une guerre d'ego. Nous ne tomberons pas dans un deuxième round ; les élections municipales, c'est projet contre projet et les marseillais méritent mieux qu'une foire d'empoigne. Mais M. Mennucci réalise sans doute que le projet socialiste qui a tant déçu les Français ne séduira pas plus les marseillais. 

Jean-Claude Gaudin présente un excellent bilan. La ville a changé et a su devenir attractive, en témoignent les touristes venus en masse. Notre Maire n'a pas d'égal à Marseille. Il est l'histoire de Marseille, la sagesse politique et la finesse d'esprit. Et c'est sous son impulsion, lui le chef d'orchestre de notre majorité municipale, que tous ses adjoints travaillent sans relâche sur le terrain pour les marseillais. Comment M. Mennucci espère-t-il rassembler quand il gratifie d'insultes jusqu'à son propre camp? En face, la droite est plus que jamais unie et solide.

A force de vouloir caricaturer les autres, M. Mennucci se caricature lui-même ; il s'embourbe dans la grossièreté et l’inconsistance qui le caractérisent, il dégrade le débat public et porte tort à l'image de Marseille. Si Jean-Claude Gaudin déclare sa candidature aux élections municipales 2014, ce que nous appelons tous de nos voeux, M. Mennucci aura bien du mal à faire entendre sa voix certes forte en décibels mais pauvre en idées.