lundi 2 décembre 2013

Décoration d'un soldat d'Indochine : Légion d'honneur de Monsieur Marc Casalta le 30 novembre

Ce samedi 30 novembre à 11h, le Colonel André Boissinot, Commandeur de la Légion d’Honneur et Commandeur de l’Ordre National du Mérite remettait les insignes d’Officier de la Légion d’Honneur à Marc Casalta pour l’ensemble de sa carrière militaire.


Ces deux hommes furent unis dans un même combat, celui de l'Indochine sous le drapeau français. A l'occasion de ces combats, le caporal Casalta et le Colonel Boissinot ont fait preuve de qualités militaires qui ont été reconnues et honorées. 

Ces deux militaires, par delà leur courage, ont subi un traumatisme profond en endurant le calvaire des prisonniers dans les camps d'Indochine, mouroirs sous le contrôle notamment du général Giap, véritable tortionnaire dont les crimes de guerre sont pourtant restés impunis. J’ai été profondément indignée par l’éloge funèbre qui lui a été officiellement fait par le Ministre des Affaires étrangères, à l'occasion de son décès en octobre dernier.


Avec près de 30 000 morts et un taux de mortalité de plus de 70% dans les camps de prisonniers, je pense que l’on peut oser parler ici de véritable programme d’extermination. Le Général Giap ne respectait aucune loi de la guerre, aucune convention sur les droits des prisonniers et appliquait une stratégie d’anéantissement totale.
Les 30% de prisonniers libérés après l’armistice portent les stigmates de leur captivité : victimes d'actes de barbarie, affamés, humiliés et traumatisés à vie.
Je demande au moins de la décence pour les victimes, les disparus, nos morts pour la France et nos héros sacrifiés.