vendredi 29 mars 2013

LE COMBAT POUR BEAUREGARD EN PASSE D'ETRE GAGNE

Au côté des personnels de Beauregard à la manifestation de novembre 2012
On ne peut que se réjouir de l’annonce de la reprise de Beauregard par le Groupe Sainte Marguerite. La veille de la signature de l’offre de reprise, qui doit avoir lieu le 3 avril, je m’entretiendrai à Paris avec Marisol Touraine, la Ministre de la Santé, dont j’avais attiré l’attention sur la situation préoccupante de Beauregard par une question au gouvernement dès novembre 2012. Ce sera l’occasion de rappeler l’importance de pérenniser un établissement de santé d’une telle qualité. Ce combat pour la santé des marseillais est en passe d’être gagné, je continuerai à le mener jusqu’à sa sanctuarisation totale.

mardi 26 mars 2013

MANGER DE LA VIANDE DE CHEVAL N'A JAMAIS TUE PERSONNE, MANGER TROP GRAS, TROP SUCRE, TROP SALE TUE CHAQUE JOUR

Les chiffres alarmants de l'étude présentée lors de la conférence annuelle organisée par l'American Heart Association confirment la volonté qui m'anime de lutter contre l'obésité en mettant en place des mesures concrètes et effectives à l'image de la taxe sur les boissons sucrées instituée sous le gouvernement de François FILLON en loi de finances pour 2012. La consommation de boissons sucrées jouerait en effet un rôle dans le décès de 180 000 personnes dans le monde chaque année. Lorsque l'on sait que les français consomment en moyenne 25 litres de jus de fruits et près de 56 litres de sodas annuellement, ce chiffre pousse à réfléchir à la prochaine étape dans la prévention de l'obsésité. Si la taxe sur les boissons sucrées produit indéniablement un effet ne serait ce qu'en termes de prise de conscience, il faut aller plus loin. En effet, le consommateur doit être mis en mesure de distinguer les produits dont la consommation est conforme à une alimentation équilibrée et ceux qui ne le sont pas. La perte des repères nutritionnels complique le choix du consommateur. Parmi les nombreux rayons des supermarchés, il n’est pas toujours aisé d’identifier les produits alimentaires adaptés aux besoins d’une alimentation équilibrée. Ceci est d’autant plus vrai pour les foyers défavorisés qui sont aussi les plus touchés par l’obésité. Afin de remédier au déficit d’information nutritionnelle, plusieurs mesures peuvent être mises en oeuvre ; l'obligation d'indication claire et visible des teneurs en sel, en sucre et en gras des produits alimentaires sur l'avant des emballages, la création d'un label immédiatement identifiable attribué par arrêté du ministre chargé de la santé après avis de l’agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail aux produits alimentaires et boissons présentant les caractéristiques nutritionnelles adaptées aux besoins d’une alimentation équilibrée, l'encadrement des messages publicitaires diffusés sur les écrans enfants. Lorsque l'on sait que la surcharge pondérale atteint 49,3 % des adultes (16,9 % pour l’obésité et 32,4 % pour le surpoids) et que l’obésité infantile touche près d’un enfant sur cinq, il est urgent d'agir! Manger de la viande de cheval n'a jamais tué personne, manger trop gras, trop sucré, trop salé tue chaque jour.

lundi 25 mars 2013

Mon intervention en discussion générale sur la PPL portant réforme de la biologie médicale

Monsieur le Président,
Mes chers Collègues,
Nous examinons aujourd'hui la Proposition de Loi portant réforme de la biologie médicale.
Il faut rappeler que les fondations de la réforme française reposent sur le rapport « Ballereau » de 2008, puis les premières pierres ont été posées avec l’ordonnance n° 2010-49 du 13 janvier 2010 relative à la biologie médicale, après que la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires a permis au gouvernement de réformer la biologie médicale par voie d’ordonnance.
La construction de l’édifice législatif et réglementaire s’est accélérée en 2011 avec l’examen de la proposition de loi modifiant certaines dispositions de la loi n° 2009-879 du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires dans laquelle, en tant que rapporteur pour la commission des affaires sociales, j’avais introduit des dispositions portant ratification de l’ordonnance n° 2010-49 assorties de quelques corrections demandées par les syndicats de biologistes.
Bien que l’Assemblée nationale et le Sénat les aient adoptées, le Conseil Constitutionnel a censuré ces dispositions pour des questions de forme et non de fond.
Devant la nécessité de réformer une profession en pleine évolution nécessitant un cadre juridique stable sur lequel s'appuyer, nous avions, avec mon collègue Jean-Luc Préel, déposer une proposition de Loi en novembre 2011 visant à renforcer le caractère médical de la profession, en intégrant notamment le biologiste dans un dialogue avec le clinicien sur les examens à réaliser en fonction des éléments cliniques, ainsi que sur l’interprétation des résultats. Au coeur de ce texte; notre volonté de préserver une biologie médicale, non pas telle que nous l’avons connue car tous les métiers changent, mais en tant que discipline moderne, exercée par des professionnels de santé accessibles sur l’ensemble du territoire et non des industriels. Adoptée par l'Assemblée nationale le 26 janvier 2012, puis transmise au Sénat, notre proposition de Loi sera rattrapée par le calendrier électoral et son inscription à l'ordre du jour ne pu avoir lieu avant la fin de la législature.
Aujourd'hui, la majorité socialiste se propose de mettre fin à l'insécurité juridique qui plane sur la profession des biologistes médicaux. Si l'intention est louable, un certain nombre de points ne sont pas satisfaisants.
Ainsi, je propose notamment de mettre fin à la différence de traitement qui existe entre les laboratoires de biologie médicale libéraux et les laboratoires de biologie médicale des établissements publics de santé, les premiers pouvant facturer aux patients les actes hors nomenclature qu'ils réalisent, alors que ces mêmes actes, lorsqu'il sont réalisés dans les mêmes conditions, à la suite d'une transmission d'échantillons biologiques, ne pouvaient pas l'être par les établissements publics de santé. Ainsi, ces établissements pourront sans conséquence sur l'équilibre des régimes sociaux, accéder, via une juste rémunération de leurs diligences, à une ressource financière nouvelle.
Merci.

Mon intervention au Conseil municipal du 25 mars

Conseil Municipal du 25 Mars 2013
Monsieur le Maire , mes chers collègues
Les rapports 81 à 86 concernent directement Marseille Rénovation Urbaine et les PRU que nous avons engagés sur le territoire de la commune de Marseille .
5 avenants aux conventions déjà signées sur St Paul, les Créneaux, St Joseph, St Antoine , les Flamants, c'est le signe de la vitalité de ces projets et de la pertinence de la méthode .
Les conventions ANRU offrent cette souplesse d'adaptation aux contraintes diverses, sans céder à la facilité et sans renoncer au niveau d'exigence que nous nous sommes donné.
Tous ces secteurs sont en chantier, soit même prêts de l'achèvement comme St Paul ou Saint Antoine .
Il nous faut adapter les conventions à l'évolution des projets, à la demande des habitants, sans perdre de vue la finalité de ces opérations, requalifier des pans entiers de la Ville .

Je vous engage, Monsieur le Maire, Chers collègues à vous rendre sur ces PRU, vous constaterez l'évolution positive de ces quartiers .
La signature officielle de ces avenants avant l'été nous permettra d'ailleurs de vous présenter de visu tout ce qui a changé.
Les réalisations en matière d'habitat, d'équipement, d'aménagement sont de grande qualité et démontrent notre volonté conjointe de changer l'image de ces quartiers .

Les efforts engagés par la Ville portent leurs fruits.
Mode de garde : la crèche Belsunce, la cité de enfant de St Antoine
Centres sociaux : centre social du Grand St Antoine, centre social Malpassé, centre social l'Agora
Espaces lecture : Espace Lecture Edouard Vaillant,
Demain l'Ecole Picon,
Je mettrai l'accent sur la démarche que nous avons suivie.
Nous avons entrepris de changer ces parties de la Ville en intervenant sur toutes ses composantes pour en faire une ville plus proche, une ville économe en foncier et en énergie, un exemple de renouvellement urbain.
Le futur PLU préconise cette démarche, nous devons lutter contre l'étalement urbain, nous devons rechercher l'optimisation des infrastructures et des équipements publics.
Nous ne pouvons plus raisonner la Ville en seulement 2 dimensions, nous devons imaginer une ville en mouvement.
Il faut que nous fassions mieux qu'il y a 50 ans, période à laquelle on a construit vite, trop vite, des zones d'habitat sur du foncier complexe comme les collines de Marseille; mais sans vraiment achever correctement cet urbanisme, ce qui nous amène à intervenir maintenant pour recoudre la ville, désenclaver ces quartiers à un coût considérable pour les collectivités.
Utilisons notre expérience en marchant pour déjà réfléchir aux futurs secteurs sur lesquels il nous faut intervenir, au Nord mais aussi au sud et à l'Est . Ces territoires concentrent des enjeux d'agglomération. Les investissements publics et privés permettront de faire levier en faveur de leur désenclavement, du développement économique, de l'amélioration des conditions de vie et d'habitat .

vendredi 22 mars 2013

DISCOURS D'INAUGURATION DU PAVILLON SAINTE VICTOIRE DE LACORDAIRE

Il y a dans la vie d'un Elu des moments importants, mémorables, privilégiés.

Importants car porteurs d'espoirs,

Mémorables car ils marquent le dénouement d'un long travail,

Privilégiés car ils se font avec et pour des personnes courageuses et généreuses.

Aujourd'hui, nous inaugurons le pavillon pour enfants autistes "Sainte Victoire" et c'est, vous l'aurez compris, l'un de ces moments importants, mémorables et privilégiés.

L'autisme, déclaré grande cause nationale 2012 par François FILLON, est un trouble neuro-développemental qui touche un petit français sur 150 (Inserm).

Au-delà du bouleversement familial que cette maladie représente, s'ajoute un véritable parcours du combattant pour les parents.
 

En effet, 80 % des enfants autistes sont laissés à la porte de l'école alors même que la Loi du 11 février 2005 pour l'égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées a érigé en droit l'accès à un parcours scolaire adapté.
 
Cette double peine qui accable les enfants atteints d'autisme et leurs familles m'a touchée au coeur. C'est ce qui m'a poussé à défendre activement auprès de la Ministre de la Santé d'alors Roselyne Bachelot le projet du Pavillon "Sainte Victoire".

La qualité de ce projet innovant qui se base sur la méthode A.B.A. (applied behavioral analysis) et vise à enseigner les compétences qui font défaut aux enfants atteints d'autisme ; l’attention, le langage réceptif et expressif, l’association, les habiletés motrices globales et fines, les jeux et loisirs, les compétences sociales, l’autonomie, l’intégration en communauté, les connaissances préscolaires et scolaires, a retenu toute mon attention.

Ce travail a porté ses fruits ; ainsi, le Pavillon "Sainte Victoire" a obtenu une dotation financère ministérielle en deux enveloppes pour un total de 320.000 + 720.600 euros = 1.040.600 euros, soit le financement des 15 places de la structure.

Je suis très heureuse d'avoir pu apporter ma contribution à la naissance de ce beau projet ; l'une des premières structures en france à utiliser la méthode A.B.A. avec les "petites victoires" à paris et le centre camus de villeneuve d'ascq et la première dans notre région et à marseille.

D'autant que la collaboration avec le lycée Lacordaire permet d'imaginer des passerelles avec le milieu scolaire classique.

Je suis certaine que la qualité du Pavillon "Sainte Victoire" fera des émules et j'appelle de mes voeux une véritable politique volontariste en faveur de la scolarisation des enfants atteints de handicap.

C'est pourquoi le développement de structures innovantes et performantes tel que le Pavillon "Sainte Victoire" constitue un grand espoir pour tous ces enfants et leurs parents.

L'école de la république est le premier lieu où doit pleinement s'exercer la citoyenneté des enfants, quelque soit leur handicap.
 

" La pire Maltraitance que l’on peut faire à une personne autiste est de ne pas l’éduquer et de la laisser se déliter dans son autisme" (Stanislas Tomkiewicz, l'un des fondateurs de la psychiatrie infanto-juvénile moderne)
Merci.

jeudi 21 mars 2013

PROPOSITION DE LOI SOCIALISTE AUTORISANT LA RECHERCHE SUR L’EMBRYON HUMAIN : DE LA BIOETHIQUE EN CATIMINI

La nouvelle rédaction de l’article L. 2151-5 du code de la santé publique adoptée en première lecture par le Sénat et examinée ce matin en commission des affaires sociales de l’Assemblée nationale propose un bouleversement majeur des conditions de la recherche sur l’embryon et les cellules souches embryonnaires.

D’un régime d’interdiction assorti de dérogations, le texte propose un régime d’autorisation encadrée.

Pourtant, et alors que la commission des affaires sociales devrait en priorité se consacrer à des textes pour favoriser l’emploi et lutter contre le chômage, c’est en catimini que la majorité socialiste opère.

Ainsi, par une astuce réglementaire, les socialistes se dispensent de toute consultation populaire sur un sujet pourtant éminemment sociétal.

Lorsque nous avions voté la loi n° 2011-814 du 7 juillet 2011 relative à la bioéthique, c’était d’une main tremblante et seulement après avoir tenu des états généraux de la bioéthique, un débat public ouvert à tous sous la forme de forums citoyens notamment à Marseille en 2009.

Une fois de plus, le gouvernement méprise les français en les tenant à l’écart d’un sujet qui constitue le cœur du droit bioéthique français et l’un des fondements philosophique de notre société. L’éthique ne relève pas des experts, elle ne relève pas des hommes et des femmes politiques, mais des citoyens.

A ce mépris s’ajoute l’ignorance. En effet, comment peuvent-ils rouvrir la question de la recherche sur l’embryon humain alors même que les progrès extraordinaires de la science, des travaux de Marie-Louise Labat (CNRS) aux découvertes des professeurs Yamanaka et Gordon, ont démontré que la recherche sur les cellules embryonnaires est désormais supplantée par les cellules non-embryonnaires du sang du cordon ou de la moelle osseuse ?

La motivation n’est donc pas scientifique, il ne s’agit pas de promouvoir la recherche. Mais bien d’une démarche purement idéologique et scientifiquement passéiste dont les conséquences en termes de dérives et d’instrumentalisation seront lourdement payées.

 

 

 

 

mardi 19 mars 2013

CONTRE LE 19 MARS - MA QUESTION AU MINISTRE CHARGE DES ANCIENS COMBATTANTS


 
Mme Valérie Boyer attire l'attention de M. le ministre délégué auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants, sur la nécessité de conserver la date du 5 décembre comme journée nationale d'hommage aux morts pour la France des combattants d'Afrique du nord. À l'heure où se prépare dans les rangs des parlementaires de gauche le projet d'instituer le 19 mars comme date officielle d'hommage en lieu et place du 5 décembre, il est tout à fait essentiel de rappeler un certain nombre de faits historiques et dramatiques. Les historiens l'ont établi : la guerre d'Algérie ne s'est pas terminée le 19 mars 1962. Après cette date, près de 100 000 harkis et membres de leurs familles ont été massacrés, plusieurs centaines de soldats français tués ou blessés, des milliers d'Européens assassinés ou disparus à jamais. Aussi, en plus de faire la démonstration d'une grave méconnaissance des faits historiques, l'intention de la majorité socialiste de célébrer le 19 mars comme journée nationale d'hommage est particulièrement choquante. Comment peuvent-ils occulter les massacres d'Oran qui ont fait des milliers de morts ? La date du 5 décembre correspond, quant à elle, à l'inauguration du monument national érigé en 2003, quai Branly à Paris, à la mémoire de tous les soldats morts en Algérie de 1952 à 1962. La date du 5 décembre pour commémorer l'hommage aux morts pour la France durant la guerre d'Algérie et les combats du Maroc et de Tunisie a été retenue par l'État français après une longue concertation avec les associations d'anciens combattants et de Français rapatriés qui ont toutes, à deux exceptions près, rejeté la date du 19 mars 1962, début du massacre de plus de 100 000 harkis et de leurs familles et de milliers d'assassinats et d'enlèvements de civils européens et de militaires français. Cette date neutre du 5 décembre a été voulue pour clore définitivement le débat sur la date du 19 mars. Aujourd'hui, pourtant, près de 50 ans après ces évènements dramatiques, les parlementaires de gauche veulent rouvrir ce débat. En faisant cela, ils rouvriront les plaies des nombreuses familles qui ont eu à déplorer la mort d'un être cher, ils raviveront les douloureux souvenirs, ils bafouent les lois de la République. Dans ce contexte, elle le prie de bien vouloir lui faire connaître les intentions du Gouvernement sur ce sujet.

vendredi 15 mars 2013

AMENDEMENT SOCIALISTE AU PJL ECOLE : POURQUOI LES DEPUTES SOCIALISTES DEVRAIENT REDOUBLER

Avec le soutien du gouvernement, les députés socialistes ont fait adopter un amendement au projet de loi sur la refondation de l’école afin d’instituer le caractère exceptionnel du redoublement d’une année scolaire. Voici un nouvel exemple de loi « bavarde » qui veut priver le corps enseignant et le chef d’établissement, pourtant les mieux placés pour évaluer la situation de l’élève en difficulté, du pouvoir décisionnaire, et se substituer aux parents et aux élèves eux-mêmes. Si le redoublement n’est certes pas la panacée, il a le mérite d’intervenir dans la scolarité de l’élève afin qu’il puisse combler ses lacunes et suivre une orientation adaptée. Ce n’est pas en cassant le thermomètre que l’on fait baisser la fièvre ; l’accumulation des lacunes d’une année scolaire sur l’autre n’aura pas d’autre effet que de creuser les inégalités et envoyer des élèves qui n’ont pas le niveau au baccalauréat. Et que signifie exceptionnel ? Un redoublement autorisé par classe et par établissement ? Deux redoublements, trois ? Quels seront les critères et décidés par qui puisque les enseignants et le chef d’établissement sont privés de toute marge de manœuvre ? La mise en application de cet exemple de droit à l’état gazeux est bien obscure. Les Députés socialistes ne savent pas ce que légiférer veut dire et l’on ne saurait que trop leur conseiller de redoubler... d’attention à cette formule du Conseil d’Etat : « Quand la loi bavarde, le citoyen ne l'écoute plus que d'une oreille distraite ».

jeudi 14 mars 2013

SUITE A MA QUESTION AU GOUVERNEMENT, VALLS ENVOIE DES RENFORTS TEMPORAIRES A MARSEILLE

Mis face à ses responsabilités lors de la séance des questions au gouvernement de mardi où je l’interpellais sur l’insécurité et la violence qui gangrènent Marseille, Manuel VALLS annonce aujourd’hui l’envoi de deux compagnies de CRS et de deux escadrons de gendarmes mobiles.

Mais l’heure n’est pas à la réjouissance ; il s’agit seulement d’un renfort temporaire, le Ministre de l’Intérieur réitérant la litanie d’ « effectifs actuels de police et de gendarmerie suffisants à Marseille ».

En bientôt un an au Ministère de l’Intérieur, qu’a proposé Manuel Valls, si prompt à critiquer ses prédécesseurs, face à l'augmentation des actes de délinquance et à la montée en intensité de la violence ? Les récépissés remis à l’issue d’un contrôle de police ? L’interdiction du tutoiement par les forces de police ? De telles mesures ne sont pas à la hauteur de l’enjeu majeur que représente la sécurité des français.

Monsieur le Ministre, les marseillais n’ont pas besoin d’être rassurés, ils ont besoin d’être protégés.

mercredi 13 mars 2013

CHAUFFEUR ATTAQUE AU COUTEAU, DEUX MORTS AUX BLEUETS : LES "RESULTATS PROBANTS" DE VALLS ?


Valls à Marseille cet été en chevalier blanc de la sécurité
Hier, à ma question sur l'insécurité à Marseille lors de la séance de l'Assemblée nationale, le Ministre de l'Intérieur a répondu qu'il obtenait "des résultats probants".

Aujourd'hui, les transports publics marseillais sont paralysés en réaction à l'agression au couteau d'un chauffeur de bus dont le visage a été lacéré par un enfant de 14 ans dans le quartier de Vauban.

Aujourd'hui, une fusillade dans la cité des Bleuets à Marseille (14e) fait deux morts et un blessé grave.

La réalité et l'actualité rattrapent et contredisent Manuel Valls qui est certainement un grand communiquant mais qui obtient les plus mauvais résultats.

"Résultats probants" prétend Manuel Valls ? Peut-il le redire aux agents et aux usagers de la RTM ? Aux habitants des Bleuets ? Peut-il le redire aux marseillais qui aiment leur ville et ne peuvent supporter que Marseille soit systématiquement associée à la violence et l'insécurité à l'heure où elle doit rayonner à travers sa richesse culturelle en tant que Capitale Européenne de la Culture 2013 ?

La sécurité des personnes et des biens est une compétence régalienne; c'est la compétence du Ministre de l'Intérieur, c'est sa responsabilité.

vendredi 8 mars 2013

LES CAF AU SECOURS DES PENSIONS ALIMENTAIRES IMPAYEES : FAUSSE BONNE IDEE, VRAIE USINE A GAZ

La Ministre des Droits des Femmes entend proposer un dispositif de garantie contre les pensions alimentaires impayées. Si l’intention est louable, les moyens proposés sont très discutables. En effet, selon ce dispositif, le parent confronté à un défaut de paiement de la pension alimentaire, le plus souvent des femmes dans une situation déjà précaire, se tournerait alors vers les CAF qui prendraient le relais des débiteurs défaillants et pourraient ensuite faire jouer les mécanismes de recouvrement dont elles disposent pour se tourner vers ces pères qui ne répondent pas à leurs devoirs. Lorsque l’on connaît les difficultés qui touchent les CAF avec notamment dans les Bouches-du-Rhône 130 000 dossiers en attente de traitement soit un retard qui prive les allocataires de prestations depuis des mois, il est difficile d’imaginer que les CAF déjà débordées puissent prendre en charge un tel dispositif. C’est ni plus ni moins une usine à gaz ! Pour ma part, je défends l’instauration d’un « bilan » ou d’un « suivi » annuel, afin de contraindre le parent mauvais payeur à respecter ses obligations 12 mois sur 12. En l’état actuel du droit, le parent lésé ne peut saisir le juge qu’après trois manquements consécutifs au versement régulier de la pension alimentaire. Exemple : le parent ayant la garde de l’enfant se verra empêché d’agir auprès du juge pénal si l’autre parent, qui est redevable de la pension alimentaire, ne remplit pas ses obligations durant deux mois consécutifs mais reprend le versement de la pension au bout du troisième mois. Avec ma proposition de Loi tendant à renforcer le respect par les parents séparés de leurs obligations en matière d’autorité parentale, déposée en décembre 2012, le parent lésé pourra saisir le juge sans attendre trois manquements consécutifs.

JOURNEE INTERNATIONALE DE LA FEMME 2013


Avec une belle équipe féminine, je vous souhaite à toutes une bonne fête en cette journée internationale de la femme.

Il reste beaucoup de chemin à parcourir pour qu'enfin l'égalité entre les hommes et les femmes, notamment salariale, soit acquise, pour que les violences faites aux femmes cessent, pour que les clichés de la femme fée du logis ou de la femme taille zéro encore et toujours véhiculés par les publicités s'effacent.

C'est en faisant de chacun des autres jours de l'année l'occasion de réaffirmer notre place et nos droits que le 8 mars n'aura un jour plus de raison d'être célébré comme une exception.
 
 

mercredi 6 mars 2013

AMNISTIE "SOCIALE" : LE PS PACTISE AVEC LES COMMUNISTES

Suite à l’adoption par le Sénat mercredi dernier d’une proposition de loi communiste d'amnistie des délits pour des faits commis lors de mouvements sociaux, j’appelle le Président du Conseil économique, social et environnemental, assemblée consultative du monde socio-professionnel, à se saisir de ce texte. Le CESE avait d’ores et déjà joué les effarouchées en jugeant irrecevable la saisine par pétition citoyenne sur le mariage pour les personnes de même sexe signée par 700 000 personnes, il est temps que le Conseil prenne ses responsabilités et toute la mesure de sa mission en se saisissant de ce nouvel acte de soumission aux desiderata d’une minorité. Pour faire plaisir à quelques syndicalistes, le parti socialiste pactise avec les communistes, une espèce en voie de disparition dans d’autres pays qui les exposent dans des vitrines de Musée comme dans la Maison de La Terreur de Budapest. Hollande adopte ainsi la stratégie du torrero qui agite une muleta pour masquer ses contradictions, ses échecs, au détriment des français, et désespère les chefs d’entreprises français et les investisseurs étrangers qui ne peuvent comprendre que la France fasse preuve d’un tel laxisme. Pour autant, Hollande ne parvient pas à satisfaire totalement les cégétistes qui veulent aller plus loin… A quand une médaille pour les syndicalistes qui séquestrent les patrons ?