lundi 30 septembre 2013

20ème anniversaire du Baby-Relais

20 ans du Baby-Relais
Avec Roland Blum, Didier Zanini, Isabelle Savon

J'étais présente jeudi dernier à la fête des 20 ans du Baby-Relais situé rue Gimon dans le 11ème arrondissement de Marseille. Un moment convivial et familial avec une équipe dynamique qui oeuvre au quotidien pour améliorer la qualité de l'accueil des jeunes enfants. Bravo à Mme Arnoux la responsable du relais assistante maternelle des 11ème et 12ème arrondissements de Marseille, à M. Labat le Directeur régional de l'UFCV et à sa déléguée régionale Mme Masurel. En tant que mère de famille, je sais combien ce type de structures à gestion associative qui viennent compléter les équipements municipaux - à Marseille 13 130 places en accueil collectif régulier et occasionnel et un taux de couverture deux fois supérieur à la moyenne nationale - sont primordiales pour l'offre d'accueil des jeunes enfants et jouent ainsi un rôle de premier plan pour encourager la natalité et faciliter le retour des mères dans le monde du travail.

Valérie BOYER remet la médaille de l'Assemblée nationale à Mme Elizabeth Bui

Remise de médaille à Mme Bui
En présence de Roland Blum, Maurice Rey et Isabelle Savon


Chers amis,
Cher M. et Mme BUI,
Chère Elizabeth,

Déjà toute jeune au Vietnam à Dalat, vous aviez cette bonté et cette volonté de faire partager en apprenant le français aux enfants qui attendaient avec impatience le moment du goûter que vous leur apportiez et en voulant soigner les malades.

Arrivée à 14 ans en France après avoir connu les épreuves terribles de la guerre du Vietnam, vous n'avez pas perdu cette générosité et lui avez donné tout son sens en visitant les personnes âgées seules, en les aidant dans leur vie quotidienne, et en continuant l'enseignement du français pour les vietnamiens nouveaux arrivants et le vietnamien aux petits français d'origine vietnamienne.

A Marseille, l'on vous connaît comme la pharmacienne du Marché provençal où vous avez créé votre officine il y a 47 ans! En tant d'années, vous avez su créer des relations privilégiés avec les patients, que vous suivez de génération en génération. Vous n'êtes pas seulement celle à qui l'on vient acheter des médicaments, mais également celle à qui l'on vient se confier, demander conseil. Votre parole et votre écoute sont un véritable médicament pour les gros et les petits tracas du coeur!

C'est au plus près des gens, à leur contact, que vous vous épanouissez pleinement. 
C'est d'ailleurs pour cette raison que, pourtant 1er prix de thèse avec les félicitations du jury (sur les effets phytotoxiques secondaires d'insecticides organo-phosporés), vous avez refusé à plusieurs reprises des postes à très hautes responsabilités à la Faculté de Médecine et de Pharmacie avec le professeur Pélissier, au Canada, et aux Etats Unis où le Président de l'Université du Michigan à Ann Arbor a déroulé le tapis rouge pour vous garder!

Mais, votre bonheur, votre sentiment d'utilité, ce sont les autres; c'est apporter votre aide, votre conseil aux autres, toutes ces générations qui viennent vous voir. Vous êtes la sagesse de notre quartier.

Et pour vous en remercier, je tiens à vous remettre en ce jour, entourée de vos amis et de votre famille, la médaille de l'Assemblée nationale.

Valérie BOYER dépose un amendement pour supprimer l'article 32 du PJL retraites


Sans concertation et en dépit des échanges survenus entre la caisse nationale d'assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL) et les cabinets ministériels au mois de juillet favorables à laisser le temps aux caisses libérales de formuler des propositions sur des sujets ne nécessitant pas de mesures d'urgence, la question de la gouvernance de la CNAVPL surgit dans le projet de loi garantissant l'avenir et la justice du système de retraites en portant un coup sévère au modèle d'autonomie de gestion qui la caractérise. En effet, en proposant de nommer le Directeur par Décret, l'article 32 met en péril le principe d'autonomie auquel la CNAVPL est particulièrement attachée. Le conseil d'administration doit être en mesure d'attendre de son directeur et de ses services qu'ils défendent les intérêts des professionnels libéraux à l'exclusion de tout autre. Cette mission ne saurait être garantie autrement que par une nomination relevant exclusivement du conseil d'administration. L'article 32 prévoit par ailleurs la conclusion d'un contrat pluriannuel entre la caisse nationale et l'Etat et la mise en oeuvre de ce contrat pluriannuel par le moyen de contrats de gestion conclus entre la caisse nationale et chacune des sections professionnelles. Or, l'une des forces du modèle de gestion tient dans la mise en responsabilité des équipes de gestion de chaque section professionnelle. Dans ce contexte et afin de garantir l'autonomie et l'indépendance de la CNAVPL, il est proposé de supprimer l'article 32.

lundi 23 septembre 2013

INAUGURATION DE LA STELE EN L'HONNEUR DE LA MEMOIRE DES VICTIMES DU GENOCIDE ARMENIEN - ROQUEBRUNE SUR ARGENS


 









Discours de Valérie Boyer

Monsieur le Maire Luc Jousse,

Monsieur le Premier adjoint Jean-Paul Ollivier,

Cher Monsieur Jacky Lequeux, Président de l'Alliance Générale des Arméniens du Var Est,

Mesdames, Messieurs,

Je tiens à vous remercier de m'avoir invitée en ce jour qui marque l'aboutissement du travail considérable réalisé par l'association AGAVE dont je suis la marraine et la municipalité de Roquebrune sur Argens pour honorer la mémoire des victimes du génocide arménien, le premier de notre histoire, et des résistants et héros arméniens morts pour la France durant les deux guerres mondiales.

Vous le savez, je me suis engagée de toutes mes forces dans le combat pour la pénalisation de la négation des crimes de génocide reconnus par la loi, dont le génocide Arménien de 1915.

Les réactions qui ont suivi le vote par l’Assemblée de ma Proposition de Loi ont illustré combien le négationnisme est omniprésent aujourd’hui en France.

Les 500 000 français d’origine arménienne vivant en France ont le droit, comme c’est déjà le cas pour les juifs avec la Shoah, d’être protégés sur leur territoire des horribles propagandes qui salissent la mémoire de leurs parents massacrés ou déportés en 1915.

Ces actes bafouent la mémoire des victimes du génocide arménien et ajoutent de la douleur à celle déjà existante des Français d’origine arménienne. Pour eux, je continue de réclamer la protection de la République contre cette insupportable agression morale.

Depuis la censure du texte de Loi adopté par le Parlement, je n'ai pas baissé les bras. J'ai ainsi déposé deux nouvelles propositions de Loi ainsi qu'une proposition de résolution. Le combat continue.

Pour toutes ces raisons, je suis particulièrement honorée d'être ici parmi vous.

Je tiens à remercier et féliciter le Maire de Rosquebrune ainsi que son Premier adjoint et l'ensemble des équipes municipales pour leur forte implication dans ce projet.

C'est un très beau symbole que d'avoir ainsi favoriser l’implantation de la stèle dans l’oliveraie de la chapelle Saint Pierre en hommage à l’ancienneté de la foi des Arméniens.

C'est également un très beau geste de la part de la municipalité d'avoir donner à ce lieu le nom d'espace saint Pierre et père Komitas en souvenir du martyr de ce grand homme.

Je tiens également à saluer le travail exceptionnel des Maîtres sculpteurs et tailleurs de pierre, Messieurs PRETE, Père et fils don la générosité doit également être soulignée.

J'adresse également à l’architecte DPLG Antranik Zakarian toutes mes félicitations pour la conception de cette magnifique stèle.

Mais, tout ceci n'aurait pas pu exister sans l'engagement, la détermination et l'énergie de l'AGAVE et de son Président Monsieur Jacky Lequeux.

Cher Monsieur, un grand merci pour toutes vos actions ainsi qu'au Vice-Président le Docteur Hervé Zakarian, Robert Torossian, Jean-Claude Bouchardon, et tous les fondateurs de cette association.

LE PRESIDENT DU ROUDELET FELIBREN A L'HONNEUR

C'est avec une grande joie que j'ai remis à Denis Pantaléo la médaille de l'Assemblée nationale afin de saluer son engagement sans faille au sein de l'association Roudelet Felibren où il est arrivé encore tout jeune homme, à l'âge de 15 ans. Trésorier pendant 4 ans, vice-Président 4 ans également et Président depuis novembre 2008, j'ai tenu à le féliciter à l'occasion de sa réélection.
Merci à cet ambassadeur passionné et passionnant de la Provence qu'il représente pour notre plus grand bonheur en France et dans le monde grâce aux tournées internationales du Roudelet!






40 ANS DE MINISTERE DU PASTEUR LEONIAN

A l'occasion des quarante ans de ministère du Pasteur Gilbert Léonian, qui exerce depuis 2003 en la paroisse de Beaumont, j'ai tenu à marquer ce bel anniversaire en décorant de la médaille de l'Assemblée nationale l'enfant de Saint Loup et de la cité Michelis pour son engagement associatif en particulier auprès de nos jeunes.



jeudi 19 septembre 2013

LANCEMENT DES TRAVAUX DE LA MPT CAILLOLS SAINT BARNABE


C'est avec plaisir que j'ai assisté ce matin au lancement des travaux de la Maison Pour Tous Caillols - Saint Barnabé en compagnie du 1er Adjoint Roland Blum, du Conseiller général Maurice Rey, de mon suppléant Didier Zanini et d'Isabelle Savon. 

La MPT n'a cessé d'étendre son action en direction des familles, des jeunes et des seniors. Face à la croissance de la demande, la Ville de Marseille a souhaité entreprendre des travaux, d'un montant de 3,2 millions d'euros, permettant de repositionner cet équipement social dans son environnement, d'éviter son isolement par rapport à la nouvelle place du métro, d'agrandir les locaux et de créer une cuisine pour répondre notamment à l'activité centre de loisirs. Une belle et ambitieuse opération pour le quartier de Saint Barnabé. Livraison prévue en septembre 2014!

#Bijoutier de Nice : Valérie BOYER en plateau sur FRANCE24


Voir ou revoir l'émission en cliquant ici et

CONDOLEANCES AUX CAISSES D'ALLOCATIONS FAMILIALES

Le Sénat a adopté en première lecture dans la nuit de mardi à mercredi le projet de loi visant à combattre les inégalités persistantes entre hommes et femmes de Najat Vallaud-Belkacem qui prévoit notamment d'envoyer les CAF au secours des pensions alimentaires impayées. Une intention louable en apparence puisque dans notre pays 40% des pensions alimentaires sont versées de façon irrégulière plaçant de fait les parents de familles monoparentales, en particulier les mères, dans des situations financières inextricables. Pourtant, à y regarder de plus près, le mécanisme proposé par la Ministre des Droits des Femmes signe ni plus ni moins l'arrêt de mort des 102 CAF qui assument d'ores et déjà les dossiers de 12 millions d'allocataires. Comment la CAF des Bouches-du-Rhône par exemple pourrait-elle assumer cette nouvelle charge lorsque l'on sait qu'elle accuse un retard de 130 000 dossiers en attente de traitement?

Ce n'est pas d'une usine à gaz qui causera immanquablement des dysfonctionnements très importants au sein des CAF et l'explosion des retards de traitement dont les parents élevant seuls leurs enfants ont besoin.

Pour ma part, je défends l’instauration d’un « bilan » ou d’un « suivi » annuel, afin de contraindre le parent mauvais payeur à respecter ses obligations 12 mois sur 12. En l’état actuel du droit, le parent lésé ne peut saisir le juge qu’après trois manquements consécutifs au versement régulier de la pension alimentaire. Exemple : le parent ayant la garde de l’enfant se verra empêché d’agir auprès du juge pénal si l’autre parent, qui est redevable de la pension alimentaire, ne remplit pas ses obligations durant deux mois consécutifs mais reprend le versement de la pension au bout du troisième mois. Avec ma proposition de Loi tendant à renforcer le respect par les parents séparés de leurs obligations en matière d’autorité parentale, déposée en décembre 2012, le parent lésé pourra saisir le juge sans attendre trois manquements consécutifs.

mercredi 18 septembre 2013

LETTRE D'INFO DE VALERIE BOYER - SEPTEMBRE 2013

Si vous souhaitez recevoir par courriel la lettre d'information de Valérie BOYER, merci d'envoyer votre adresse mail à vboyer@valerie-boyer.fr


mardi 17 septembre 2013

C'est le rôle des hommes et femmes politiques que de faire bouger les lignes

Je me réjouis que l'UMP ait pu débattre sans tabou dans le respect de chacun et des valeurs de la République. Passons à l'offensive et continuons à nous adresser à tous les français.

                                                  Valérie Boyer




Au cours de la réunion qui s'est tenue ce matin, François Fillon a réaffirmé ses positions."J'ai expliqué à mes amis que j'avais combattu le Front National toute ma vie et que je n'avais pas l'intention de changer de position. J'ai toujours combattu les alliances avec le Front National et je les combattrai toujours. A titre personnel, jamais je ne voterai pour un candidat du Front National", a-t-il réaffirmé, comme il l'avait déjà dit à Nice vendredi dernier. "Le pays est frappé par une crise profonde, qui dure depuis longtemps et ne trouvera de solution qu'à travers un vrai mouvement d'union nationale qui dépasse les rangs des formations politiques actuelles. Ce vrai mouvement d'union nationale, nous ne pouvons pas le créer en excluant, en mettant sur le même plan toutes les formations politiques.  Si nous voulons appeler à un rassemblement, nous devons nous adresser à ceux qui aujourd'hui sont tentés de voter pour le Front National, aussi bien qu'à des hommes et femmes de gauche qui peuvent à un moment se retrouver autour d'un projet de redressement national.
Devant le comité politique, j'ai appelé à lutter contre tous les sectarismes, parce que c'est l'ennemi du redressement national. Autour de ce débat, qui a été très positif, nous avons construit une position qui permet de répondre à cette nécessité de rassembler les Français.  C'est le rôle d'un homme politique de faire bouger les lignes. On ne peut pas rester assis sur sa chaise en répétant les mêmes formules depuis des années et des années." 


Texte adopté à l'unanimité par le comité stratégique de l'UMP le 17 septembre :

" Nous nous adressons à tous les Français pour les convaincre de la capacité de l'UMP à bâtir un projet de rassemblement national pour sortir la France du déclin. En conséquence nous nous opposons avec vigueur à la politique menée par les socialistes et leurs alliés. Et nous combattons avec la même vigueur tous les extrémismes et les sectarismes que nous rejetterons toujours."




La santé n’est pas un produit de consommation

Dans le cadre du projet de loi relatif à la consommation, le Sénat vient d’adopter avec l’avis favorable du gouvernement un amendement de la sénatrice socialiste Patricia Schillinger autorisant la vente des tests de grossesse en dehors des officines pharmaceutiques.

Une telle mesure marque un profond mépris à l’égard des professionnels de santé que sont les pharmaciens. On en avait déjà senti les prémices lorsque Marisol Touraine avait autorisé la vente de médicaments sur internet. Lorsque l’on sait les dérives que cela a engendré avec notamment le piratage d’une dizaine de sites de pharmacies en ligne légaux par des réseaux criminels russes pour revendre des médicaments sans autorisation, on ne peut que s’alarmer de cette nouvelle mesure.

Les pharmaciens français sont des professionnels de santé à part entière. Leurs missions de conseil et d’orientation ne peuvent ainsi être vidées de leur substance. 

Il serait faux de croire que les tests de grossesse sont des produits de consommation comme les autres qui auraient leur place sur les étals des supermarchés à côté des conserves et des produits ménagers. Jusqu’où va-t-on aller ? Bientôt la pilule du lendemain dans les stations services ? 

Il serait faux de croire que le chef de rayon ou l’agent de caisse ont la formation adéquate pour expliquer aux clientes ce que sont les « faux négatifs » ou les « faux positifs ». 

Quant à l’argument de la gêne que ressentiraient certaines femmes qui n’oseraient pas entrer dans une pharmacie pour demander un test de grossesse, c’est purement et simplement absurde dans la mesure où les pharmaciens sont tenus par le secret professionnel alors que ce n’est évidemment pas le cas des employés de supermarché. 

Et l’argument du prix ne tient pas davantage ; les tests de grossesses sont vendus avec un prix de départ aux alentours de 5 euros et l'expérience démontre que les produits qui ont été sortis du monopole des pharmacies sont vendus plus chers en grande surface qu’en pharmacie. Ainsi, les dosettes de sérum physiologique utilisées tous les jours par les mamans sont commercialisées entre 280 et 300% plus chers dans les hyper.

Dotées d’un réseau territorial très dense - avec 22 300 pharmacies en France - et disponible 24h/24 (avec les pharmacies de garde), caractérisées par la confidentialité et la qualification des pharmaciens comme des préparateurs, les pharmacies doivent conserver l’exclusivité de la commercialisation des tests de grossesse.

Vendre les tests de grossesse en grandes surfaces, c’est priver d’un conseil de professionnels de santé les personnes les plus en détresse.

Le Gouvernement et la majorité socialiste au Sénat nous montrent une nouvelle fois que la santé publique n’est pas au cœur de leurs priorités et persévèrent dans leur dénigrement de la profession des pharmaciens. Est-ce la volonté du Gouvernement de détruire le lien social que permet le maillage territorial du réseau de pharmacies jusque dans les zones rurales et de préparer un plan de licenciement de 23 000 pharmaciens en ajoutant encore à la pression et aux tensions qu’ils subissent ?

La vision catastrophique des socialistes de l’annonce d’un heureux événement, avec notamment une Najat Vallaud-Belkacem qui veut faire ajouter dans les notices des tests de grossesse des conseils sur l’avortement, est significative quant à leur vision de la famille.Il vaut mieux que les personnes en situation de détresse prennent conseil auprès d’un professionnel de santé plutôt qu’à la caisse d’un supermarché.

Je m’opposerai fermement à cette mesure lorsque le texte sur la consommation reviendra en seconde lecture à l’Assemblée nationale.






jeudi 12 septembre 2013

PJL DUFLOT : VALERIE BOYER VEUT GARANTIR LA BONNE UTILISATION DES AIDES DE PAIEMENT DU LOYER

A l’heure où le marché locatif est atone et les propriétaires échaudés par les locataires mauvais payeurs*, le Projet de Loi de Cécile Duflot propose une véritable usine à gaz qui risque de pousser à la paralysie.

S’il n’est pas question de remettre en cause la nécessité de lutter contre les marchands de sommeil et de protéger les locataires, force est de constater que ce texte fait l’impasse sur des mesures de bon sens ;

C’est pourquoi j’ai déposé avec plusieurs de mes collègues, notamment Guy Teissier, des amendements visant à garantir la bonne utilisation des aides de paiement du loyer :


-          Inscrire dans la Loi le principe du paiement des aides financières accordées par le Fonds de Solidarité Logement dans le cadre des dettes de loyer directement au bailleur ou à l’assureur. En l’état du droit, chaque département peut décider les modalités de versement. Cette départementalisation du FSL a créé d’importantes disparités. Ainsi, quand en Gironde le paiement s’effectue au bailleur ou à l’assureur, le département des Bouches-du-Rhône a fait le choix de verser directement ces aides aux locataires mauvais payeurs en n’apportant aucune garantie que celui-ci réglera effectivement ses dettes de loyer au bailleur.

-          Garantir la vocation de paiement du loyer de l’aide personnalisée au logement (APL) et sa bonne utilisation. En l’état actuel du droit, le pouvoir réglementaire a la faculté de prévoir le versement de l’APL au locataire du logement. Ceci contrevient à la vocation de paiement du loyer de cette aide. En garantissant le versement directement au propriétaire, celui-ci est sécurisé quant au risque de défaut de paiement du loyer par le locataire et ainsi davantage enclin à proposer sur le marché des logements à la location.


*Selon une Enquête Nationale Logement menée en 2006 par l’INSEE, 1,8 million de locataires ont connu des difficultés pour payer leur loyer ou charges au cours des deux années précédant l’enquête. Dans les Bouches-du-Rhône, pas moins de 4 979 expulsions ont été prononcées au fond et en référé par le juge (source : Ministère de La Justice, 2009).

mercredi 11 septembre 2013

Samedi 7 septembre - Messe et veillée pour la paix en Syrie

Messe et veillée de prières pour la paix en Syrie, Basilique du Sacre Cœur a Marseille, à l'appel du pape François lancé à l'ensemble du monde catholique, mais aussi aux fidèles des autres religions, et aux athées pour qu'ils participent à un journée de "jeûne et de prières" contre la guerre en Syrie.



La lettre du pape François à Vladimir Poutine :

Au cours de cette année, vous avez l’honneur et la responsabilité de présider le groupe des vingt plus grandes économies du monde. Je suis conscient que la Fédération de Russie fait partie de ce groupe depuis sa création et a toujours eu à jouer un rôle positif dans la promotion d’une bonne gouvernance de l’économie mondiale, qui a été profondément touché par la crise de 2008. Dans le contexte d’interdépendance actuel, nous avons besoin d’un cadre financier global avec ses propres règles justes et claires pour parvenir à un monde plus équitable et fraternel, dans lequel il est possible de vaincre la famine, d’assurer des emplois décents et des logements pour tous, ainsi que les soins nécessaires. Cette année, votre présidence du G20 s’est engagée à consolider la réforme des organisations financières internationales et à parvenir à un consensus sur les normes financières qui conviennent aux circonstances actuelles. Cependant, l’économie mondiale ne se développera que si elle garantit à tous les êtres humains une vie digne, du plus vieux jusqu’à l’enfant à naitre, pas seulement pour les citoyens des pays du G20, mais pour chaque habitant de la planète, même ceux qui sont dans des situations sociales extrêmes ou dans des endroits reculés. De ce point de vue, il est clair que, pour les peuples du monde, les conflits armés sont toujours une négation délibérée de l’harmonie internationale, et créent de profondes divisions et des blessures profondes qui nécessitent de nombreuses années pour guérir. Les guerres sont un refus concret d’atteindre les grands objectifs économiques et sociaux que la communauté internationale s’est fixée, comme nous avons pu le constater par exemple avec les Objectifs du Millénaire pour le Développement. Malheureusement, les nombreux conflits armés actuels qui continuent d’affecter le monde nous offre quotidiennement des images spectaculaires de misère, de famines, de maladies et de mort. Sans la paix, il ne peut y avoir aucune forme de développement économique. La violence n’engendre jamais la paix, condition nécessaire au développement. La rencontre des chefs d’Etat et des gouvernements des 20 plus importantes puissances économiques, correspondant au 2/3 de la population mondiale, et à 90% du PIB mondial, n’ont pas pour but principal la sécurité internationale. Néanmoins, cette rencontre n’omettra surement pas la situation au Moyen-Orient et en particulier en Syrie. Il est regrettable que, depuis le début du conflit en Syrie, des intérêts unilatéraux aient prévalu, et aient de ce fait entravé la recherche d'une solution qui aurait permis d'éviter le massacre insensé qui a lieu. Les leaders du G20 ne peuvent rester indifférents à la situation dramatique du bien aimé peuple Syrien, qui dure depuis bien trop longtemps et qui risque d’apporter une plus grande souffrance à une région amèrement touchée par des conflits et en quête de paix. Aux leaders présents, à chacun, je lance un appel sincère pour permettre de trouver des moyens de surmonter ces conflits et de mettre de côté la poursuite futile d'une solution militaire. Plutôt, qu’il y ait un engagement renouvelé à chercher, avec courage et détermination, une solution pacifique au travers du dialogue et de la négociation entre les parties, supportée par unanimement par la communauté internationale De plus, tous les gouvernements ont le devoir moral de faire tout leur possible afin d’assurer une assistance à ceux qui souffre à cause ce conflit, que ce soit d’un côté ou de l’autre des frontières.
Monsieur le Président, dans l’espoir que ces pensées puissent être une contribution spirituelle valable à cette rencontre, je prie pour le succès des travaux du G20 à cette occasion. J’invoque l’abondance des bénédictions du sommet de Saint-Pétersbourg, sur les participants et les citoyens des Etats membres, et sur le travail et les efforts de la présidence russe 2013 du G20. Tout en appelant à vos prières, je saisis cette occasion pour vous assurer, Monsieur le Président, de ma très haute considération. Le Vatican, 4 Septembre 2013 François

Edito de Valérie BOYER - Sept. 2013



Samedi matin, à la préfecture, nous avons assisté à la réunion sur la sécurité voulue par M. Valls... sans M. Valls, mais avec ses amis socialistes parmi lesquels M. Guérini, mis en examen pour association de malfaiteurs, et surtout Sylvie Andrieux, condamnée en première instance par le Tribunal correctionnel de Marseille à un an de prison ferme dans l'affaire des détournements des fonds publics du Conseil Régional à des fins clientélistes - une affaire d'ailleurs bien plus grave que ce qui en a été rapporté par la presse et qui illustre l'achat de la paix sociale dans sa forme la plus extrême en abîmant la relation de confiance entre les quartiers et la puissance publique - n'en déplaise aux indignés de la dernière heure M. Mennucci, salarié de Jean-Noël Guérini à la société d'économie mixte du département "13 développement", et Mme Carlotti porte-parole pour la campagne des municipales de Jean-Noël Guérini en 2008.
Mal préparée, cette réunion s'est muée en champ de bataille entre socialistes et n'a abouti à aucune mesure concrète.
Pendant ce temps, ce qu'entendent les délinquants, ce sont les discours emprunts d'angélisme et de laxisme de la Ministre de la Justice, qui prévoit dans sa réforme pénale d'obliger le juge d'application des peines à examiner la libération des détenus aux 2/3 de la peine, d'augmenter le nombre de conseillers d'insertion au lieu de dédier ce budget à la création de nouvelles places de prison et de supprimer les peines planchers.

Ce qu'entendent les délinquants, ce sont les discours dangereux en faveur de la dépénalisation du cannabis et de la création de salles de shoot. Lorsque l'on sait que la violence qui secoue notre ville est alimentée par les règlements de comptes entre dealers concurrents, de tels messages sont alarmants.

Ce n'est pas avec une Madame Taubira qui veut vider la sanction pénale de ses fonctions expiatoires et dissuasives, ce n'est pas avec une majorité sénatoriale, alliée aux communistes, qui vote pour l'amnistie des délits commis lors de mouvements sociaux, que les marseillais seront davantage en sécurité.

Ce n'est pas avec un Gouvernement qui s'est lancé dans une entreprise de destruction de la famille, notamment en abaissant le plafond du quotient familial et en assimilant les enfants à des niches fiscales, que l'on soutient les parents qui ont un rôle de premier plan à jouer.

Ce n'est pas avec une majorité sénatoriale socialo-communiste qui supprime la loi Ciotti sus­pen­dant le ver­se­ment des allo­ca­tions fami­liales en cas d'absentéisme scolaire, que l'on empêchera les enfants d'être happés par la rue.

Les chiffres révélés par le Figaro qui s'est procuré le nouveau tableau de bord du Ministère de l'Intérieur sont édifiants. Sur la période d'août 2012 à juillet 2013, les atteintes à l'intégrité physique ont augmenté de 2,9%, les atteintes aux biens de 3,5%, quand les infractions économiques et financières ont progressé de 5,9%. Le taux d'élucidation quant à lui est en baisse dans presque toutes les catégories. Le bilan du Ministre de la communication intérieure est accablant.

Loin de la crise de réunionite aiguë qui frappe la gauche gouvernementale et locale, le Maire de Marseille poursuit la mise en place d'actions concrètes ; recrutement de 100 policiers municipaux supplémentaires, déploiement du dispositif de vidéoprotection avec déjà 200 caméras en centre-ville et 1000 d'ici 2014, mais aussi mise en valeur des atouts de notre ville avec notamment les zones franches urbaines, Euroméditerranée présidée par Guy Teissier, un budget municipal de 6,7 Millions d'euros alloué à la politique de la Ville, un budget culture qui classe Marseille juste derrière Berlin.

Les résultats en termes d'attractivité se font d'ores et déjà sentir ; Marseille enregistre ainsi la plus forte progression de l’esprit entrepreneurial des principales métropoles françaises hors Paris (Source : enquête sur l'attractivité socio-économique - Observatoire de l'emploi et du développement économique, avril 2012) et ce sont pas moins de 2 millions de touristes qui ont choisi de venir découvrir la Capitale Européenne de la Culture.

Nous demandons au Gouvernement d'assumer à son tour sa part de responsabilité et de se départir de son credo du "deux poids, deux mesures" qui traduit un profond mépris à l'égard des marseillais. 

Pourquoi, lorsque Manuel Valls envoie un renfort de 200 agents de la police nationale  à Lille et promet la création d'une Zone de Sécurité Prioritaire à Colombes, Marseille ne reçoit-elle rien d'autre que la visite d'une délégation multiministérielle en août et une opération de marketing politique en septembre ?

Les marseillais sont en droit d'attendre plus, beaucoup plus de la puissance d'Etat; nous voulons des chiffres, nous voulons un calendrier, nous voulons du concret.


lundi 9 septembre 2013

Festival Marbour Events 2013

Bel exemple de solidarité tout en créativité avec le Marbour Events 2013.


Ce festival dédié à l'esprit d'entreprise et au street art organisé par la société Marbour a accueilli une centaine d'artistes grapheurs venus du monde entier pour deux jours de création en direct suivis d'une vente aux enchères des oeuvres réalisées dont 40% du prix est reversé à la Ribambelle, association créée en 1997 à Marseille dont la mission est d'aider les enfants atteints de cardiopathies congénitales à recevoir les soins nécessaires lorsque leur pays n'est pas en mesure les leur fournir. 

www.laribambelle.fr



jeudi 5 septembre 2013

Dans la France de François Hollande, les enfants sont des niches fiscales


Au lendemain de la rentrée des classes, les parents, qui ont déjà déboursé environ 185 euros (chiffre Familles de France) pour le panier de rentrée scolaire de leurs enfants, devront faire entrer dans le calcul du prix de la rentrée le coût de la suppression de la réduction d'impôt sur le revenu bénéficiant aux familles ayant des enfants scolarisés dans le secondaire et le supérieur envisagée par le Gouvernement.

61 euros par enfant au collège, 153 euros par enfant au lycée et 183 euros par enfant étudiant dans l’enseignement supérieur; cette réduction représente une aide financière non négligeable pour les familles. Mais le Gouvernement poursuit sa politique anti-familles en s'attaquant à ce qu'il considère comme des "niches fiscales". Grave décision. Les réductions fiscales pour frais de scolarité ne sont pas des avantages indus, elles doivent être maintenues. Dans le même temps, le Gouvernement engage l'expérimentation d'une nouvelle allocation, la "garantie jeunes" d'un montant de 450 euros pour les jeunes de 18 à 25 ans en situation précaire.

J'avais tiré la sonnette d'alarme après l'annonce par le Gouvernement de l’abaissement du plafond du quotient familial de 2 000 à 1 500 euros. Le calcul est simple : un couple qui souhaite avoir des enfants aura  plus d’avantages à ce que l’un des deux conjoints, la femme dans 99% des  cas, reste à la maison plutôt que d’assumer le surcoût faramineux que  font peser les réformes socialistes sur la famille. Les femmes sont donc sommées de choisir entre travailler et avoir des enfants ; un choix digne du siècle dernier.

Le gouvernement préfère faire la promotion de l’assistanat et pénalise encore et toujours les familles.
Je dénonce l'incohérence du Gouvernement qui évoque une réduction des cotisations sociales patronales qui participent au financement de la Branche Famille, soit une réduction des recettes de la Branche Famille, et demande dans le même temps aux familles de faire des sacrifices dans l'objectif du retour à l'équilibre de la Branche Famille!