lundi 28 octobre 2013

Valérie BOYER donne le coup d'envoi du match FC St Marcel / AS Cannes

 
Valérie Boyer, invitée par le club FC St Marcel à donner le coup d'envoi, pour le match contre l'AS Cannes au superbe stade Roger Lebert, a tenu à être présente pour manifester son soutien au club récemment meurtri, il est essentiel de témoigner que malgré les problèmes de belles choses continuent d'être vécues par les joueurs et l'encadrement du club de St Marcel.

 

jeudi 24 octobre 2013

LA FEMME POLITIQUE EST UN HOMME POLITIQUE COMME LES AUTRES


Les récents incidents survenus dans l’hémicycle et leur récupération politicienne scénarisée ont cru libérer une parole qui n’a jamais été liée. Ni cruches, ni faibles, les Députées que nous sommes assument leur féminité – il serait difficile de faire autrement n’en déplaise aux tenants de la théorie du genre – sans se définir pour autant par celle-ci. Lorsque nous travaillons dans nos circonscriptions et à l’Assemblée nationale, lorsque nous proposons des textes de lois, lorsque nous votons, interpellons le gouvernement, ce n’est pas notre féminité qui s’exprime, ce sont nos convictions et nos valeurs indépendamment de toute autre considération. Il est tout de même révélateur de voir que certaines personnes ne savent plus si elles doivent féminiser le mot ‘député’ ; comme si féminiser ou ne pas féminiser ce mot portait des révélations sur leur moi profond. C’est l’illustration d’un certain regard sur le féminisme tel qu’il est parfois porté aujourd’hui de façon réductrice et caricatural ; s’enfermer dans sa féminité et de ne donner à voir que cela. Mais, ce sont nos idées, nos valeurs, que nous voulons donner à voir. Et nous dénonçons cette façon de galvauder l’image de l’Assemblée nationale en donnant l’impression aux français que toutes les femmes Députées sont des petites choses fragiles qui doivent êtres protégées face à leurs lascifs collègues masculins. Cela rappelle ce qui s’était passé en 2011 après qu’une Ministre avait déclaré ne pas porter de jupe les jours où elle était présente dans l’hémicycle ; nous avions alors organisé un pot amical avec des Députés hommes et femmes afin de dénoncer l’exagération des tensions machistes, le décalage avec la réalité que nous vivons tous les jours, une réalité qui encore une fois est celle du travail parlementaire d’hommes et de femmes élus sur leur nom par nos concitoyens. Quant à ceux qui reprochent aux partis politiques de ne pas respecter la parité, il convient de leur rappeler en premier lieu que la parité sur les scrutins de liste est une obligation légale respectée à la lettre, et en second lieu qu’il serait impensable en ce qui concerne les scrutins uninominaux de pénaliser les sortants, bénéficiant d’un fort ancrage local. Les atermoiements socialistes sur le machisme en politique, le comptage de points de la parité, sont ni plus ni moins une posture.

Le Parti socialiste ferait mieux de balayer devant sa porte ; Ségolène Royal abandonnée par son propre camp pendant la campagne de 2007, trahie au congrès de Reims et aux législatives par un tweet de la Première dame, Marie-Arlette Carlotti nommée ministre pour être la candidate du gouvernement à la primaire socialiste puis lâchée, Samia Ghali seule contre tous... Le PS défait systématiquement ses icônes féminines.

Et c’est avec ce même esprit étriqué qu’il a entrepris de détruire la famille et les Droits des femmes. C’est la gauche qui a voté l’abaissement du quotient familial obligeant les couples qui souhaitent avoir des enfants à opérer un calcul en vertu duquel ils auront  plus d’avantages à ce que l’un des deux conjoints, la femme dans 99% des  cas, reste à la maison. C’est la gauche qui a décidé de fiscaliser la majoration des pensions des parents de familles nombreuses. C’est la gauche qui assomme les ménages avec 12 milliards d’euros d’impôts nouveaux en 2014. L’hypocrisie qui consiste à se mettre vent debout pour défendre les femmes alors que le gouvernement allié à  la majorité parlementaire assimile enfants et niches fiscales ne dupe pas les français qui le font savoir. Avec 76% de mécontents, François Hollande a réussi le tour de force d’exaspérer jusqu’à ceux qui avaient voté pour lui il y a un peu plus d’un an.

MISSION OFFICIELLE EN ARMENIE AVEC JEAN-CLAUDE GAUDIN

J'accompagne Jean-Claude Gaudin dans le cadre de la Mission officielle en Arménie visant à réactualiser les accords de coopération entre Marseille et Erevan. Avec la délégation officielle composée d'Elus et de plus de trente chefs d'entreprises marseillais, nous participerons à l'ouverture du Forum Economique co-organisé par la Chambre de Commerce et d'Industrie Franco-Arménienne (CCIFA) et le Forum Economique de Développement de l'Arménie (FEDA), et assisterons à la signature d'une convention cadre de partenariat entre Aix-Marseille Université et la Fondation Université Française en Arménie.

 
Petit-déjeuner à l'ambassade de France à Erevan avec son excellence M. Henri Reynaud

 


La Cascade qui abrite le Cafesjian Center of Arts


 
 
 Devant le Matenadaran où se situe l'Institut Machtots de recherches sur les manuscrits anciens
 

 

mercredi 23 octobre 2013

Valérie BOYER AUX 30 ANS DU CAJL


La Turquie n'est pas européenne : Valérie Boyer appelle François Hollande à s'opposer fermement à la reprise des négociations d'adhésion

L'Union européenne a décidé d'ouvrir, mardi 22 octobre, un nouveau chapitre dans les négociations d'adhésion avec la Turquie. Alors même que les troupes turques occupent depuis 1974 le nord de Chypre, que les répressions sanglantes de la contestation civile partie de la place Taksim à Istanbul au printemps dernier sont encore dans toutes les mémoires, et que le gouvernement turc prône et encourage le négationnisme du génocide des arméniens. Ce dernier point a un écho tout particulier pour la Députée que je suis. En effet, la Loi pour la pénalisation de la négation du génocide arménien que j'ai défendue, adoptée par le Parlement mais censurée par le Conseil constitutionnel, avait été l'occasion pour les tenants de l'obscurantisme et du négationnisme de faire preuve d'une violence inouïe jusqu'aux menaces de mort. Aujourd'hui, alors que j'accompagne Jean-Claude Gaudin en mission officielle en Arménie, mon inquiétude est immense. Comment envisager l'entrée dans l'Union européenne de ce pays qui en est en tous points éloigné, tant géographiquement que politiquement. Les technocrates de Bruxelles ne doivent pas prévaloir sur la majorité des français opposés à ce scenario qui créerait un pont entre l'Union européenne et cette partie du monde secouée par la violence et les tensions géopolitiques. C'est pourquoi j'appelle François Hollande à faire entendre fermement l'opposition de la France, pays des droits de l'homme, au Conseil européen qui aura lieu demain à Bruxelles.

Pour Eva Joly, les pieds-noirs ne sont pas français

Le 16 octobre dernier sur I-télé, Eva Joly commettait un amalgame aussi absurde qu'intolérable en comparant les roms et les pieds-noirs. Mme Joly ne connaît pas l'histoire de France, elle qui représente notre pays au Parlement européen. Mme Joly insulte la mémoire de milliers de pieds-noirs qui ont défendu la France avec les Harkis en sous-entendant qu'ils ne sont pas français, elle qui prétendait à la Présidence de la République. Il n'y a plus rien à attendre de la magistrate sinon qu'elle se déjuge et présente ses excuses.

mardi 22 octobre 2013

Valérie BOYER répond à Patrick Mennucci : Etre candidat pour Marseille ce n'est pas concourir au radio crochet de la vulgarité


Les invectives proférées par Patrick Mennuci à l'égard du premier magistrat de la deuxième ville de France sont autant de cache-misère voués à dissimuler l'absence de projet du candidat socialiste aux élections municipales. 

Tout porte à croire que les leçons de coaching pour lisser l'image du candidat n'ont pas porté les fruits escomptés... et le naturel de revenir au galop! 

M. Mennucci cherche à se faire passer pour un symbole de vitalité et de renouveau ; lui, le bébé guérini, lui le repenti de la dernière heure, l'apparatchik qui a voté toutes les lois de matraquage fiscal du gouvernement Ayrault. Attaquer Jean-Claude Gaudin sur un prétendu manque de vitalité est une gageure ; pour l'avoir suivi dans ses journées aux cadences infernales, il épuise tout le monde! 

Le débat public marseillais, ce n'est pas l'émission des Grandes Gueules. Il a déjà confisqué le débat de fonds à l'occasion de la primaire socialiste pour en faire un combat de politiciens, une guerre d'ego. Nous ne tomberons pas dans un deuxième round ; les élections municipales, c'est projet contre projet et les marseillais méritent mieux qu'une foire d'empoigne. Mais M. Mennucci réalise sans doute que le projet socialiste qui a tant déçu les Français ne séduira pas plus les marseillais. 

Jean-Claude Gaudin présente un excellent bilan. La ville a changé et a su devenir attractive, en témoignent les touristes venus en masse. Notre Maire n'a pas d'égal à Marseille. Il est l'histoire de Marseille, la sagesse politique et la finesse d'esprit. Et c'est sous son impulsion, lui le chef d'orchestre de notre majorité municipale, que tous ses adjoints travaillent sans relâche sur le terrain pour les marseillais. Comment M. Mennucci espère-t-il rassembler quand il gratifie d'insultes jusqu'à son propre camp? En face, la droite est plus que jamais unie et solide.

A force de vouloir caricaturer les autres, M. Mennucci se caricature lui-même ; il s'embourbe dans la grossièreté et l’inconsistance qui le caractérisent, il dégrade le débat public et porte tort à l'image de Marseille. Si Jean-Claude Gaudin déclare sa candidature aux élections municipales 2014, ce que nous appelons tous de nos voeux, M. Mennucci aura bien du mal à faire entendre sa voix certes forte en décibels mais pauvre en idées. 
 


VALERIE BOYER AU JOURNAL DE FRANCE CULTURE - 22/10/13

Pour écouter l'émission, c'est ici


lundi 21 octobre 2013

Réaction de Valérie BOYER et Roland BLUM suite au second tour de la primaire socialiste

La foire d’empoigne qu’ont donné à voir les candidats à la primaire socialiste entre les deux tours, les sifflements provoqués par Mme Ghali à l’encontre de François Hollande et de Jean-Marc Ayrault, à l’encontre de sa propre famille politique, le service très minimum consenti par elle à la fédération de la rue Montgrand hier soir, signent la désunion du Parti socialiste.

Les marseillais voulaient un débat entre des projets politiques, ils ont assisté à un combat de politiciens, pour ne pas dire de chiffonniers. Une fois de plus, Marseille est donnée en pâture aux médias qui font leurs choux gras de cet affligeant spectacle. Comme si à Marseille, la politique c’était ça. Comme si les petits arrangements entre amis, les déclarations à l’emporte pièce  prévalaient ici sur les idées, sur les propositions.

Cette séquence a fait mal à Marseille. Nous ne laisserons pas notre ville être la victime des batailles d’égo. Nous ne les laisserons pas confisquer le débat politique de fond. Et c’est une UMP unie et solide qui jettera toutes ses forces dans la bataille de mars 2014 contre Patrick Mennucci, le candidat du gouvernement qui a voté toutes les Lois de matraquage fiscal et soutenu la politique d’immigration incohérente de Hollande, l’indigné de la dernière heure qui a été salarié de Jean-Noël Guérini à la société d'économie mixte du département "13 développement" pendant des années et son attaché parlementaire. Nous sommes en ordre de marche et défendrons pied à pied Marseille et les marseillais, contre la politique de François Hollande, contre un Patrick Mennucci qui s’en fait le docile vassal. L’UMP, c’est le choix de l’honnêteté et de l’intégrité.

Roland BLUM et Valérie BOYER

vendredi 18 octobre 2013

Loin des souffrances des français : Léonarda


Les socialistes gouvernent au baromètre de l’émotion. L’affaire Léonarda en est l’illustration.  C’est Claude Bartolone lorsqu’il déclare que " Il y a la loi. Mais il y a aussi des valeurs avec lesquelles la Gauche ne saurait transiger. Sous peine de perdre son âme". C’est Manuel Valls qui écourte sa visite aux Antilles pour recevoir le rapport sur les conditions de l'expulsion de la collégienne kosovare.  Il n’y a donc pas d’Etat de Droit en socialie. Au moment où des Français désespérés piègent leur usine à Marcq-en-Baroeul dans l'indifférence générale, toute l'attention est portée sur Léonarda. Et Mélenchon de demander la démission de Manuel Valls quand, au vu des chiffres du chômage, ce sont celles de Michel Sapin et Jean-Marc Ayrault qu'il faudrait réclamer. Rappelons que Léonarda est restée en France si longtemps parce quelle a épuisé tous les recours du droit d’asile et que sa famille est passée trois fois au tribunal. Il est paradoxal de constater que ce sont les mêmes qui s’engageaient haut et fort à ne pas réagir à l’actualité, à ne pas interférer dans les décisions de Justice (« Moi, Président »). Quel message adressent-ils aux Français quand d’un côté ils suscitent un tel appel d’air en direction des populations en difficulté hors de nos frontières et que de l’autre ils tournent le dos aux souffrances des Français ?


Match de la primaire socialiste : Samia Royal contre Patrick Hollande

Les candidats au second tour des primaires socialistes à Marseille s'embourbent dans des monologues clos parsemés d'invectives. Ils ne s'adressent pas aux marseillais, ne portent aucun discours programmatique, ils jouent à 'qui veut gagner les primaires?' en faisant l'impasse sur les enjeux de notre Ville. Il y a d'un côté Samia Royal, de l'autre Patrick Hollande pour lequel l'appareil, y compris gouvernemental, se met en ordre de marche en encourageant des alliances contre-nature à l'instar d'un Caselli qui, il y a encore quelques jours, entretenait un froid polaire avec celui dont il embrasse aujourd'hui les pieds. Le PS a peur des icônes qu'il se crée et préfère la vieille garde qui ne sort pas des rangs. Hier, c’était Ségolène Royal, aujourd’hui c’est Samia Ghali. Toutes deux femmes, toutes deux écrasées par leur propre parti politique. 

VISITE DE QUARTIER A LA VALENTINE ET AUX QUATRE SAISONS

Avec Maurice REY, Didier ZANINI et Isabelle SAVON






LE DEBAT GHALI MENNUCCI VU PAR VALERIE BOYER


jeudi 17 octobre 2013

LE PARDON DE LAMPEDUSA

Les drames à répétition de Lampedusa ont suscité à juste titre une vague d’émotion et de compassion à laquelle nul ne peut rester insensible. Les prières et la messe des italiens bouleversés comme les mots prononcés par le Pape François au lendemain de la tragédie résonnent en écho à la douleur de constater que, traversée après traversée, les morts se comptent désormais en milliers. Faut-il demander pardon ? Sûrement, mais de quoi ? Pardon d’avoir fait croire à tous ceux qui ont péri que Lampedusa est la porte vers un Eldorado. Cependant, comment ignorer et se taire sur le fait qu’une lourde responsabilité pèse sur les pays d’origine de ces flux d’immigration clandestine, véritables puissances pétrolières gangrenées par la corruption, comme sur les autorités des pays d’Europe, Préfets et Elus, qui appellent à accueillir tous les rescapés de la misère et de l’exploitation jetant ainsi à la mer des milliers de personnes devenues les proies des réseaux mafieux et des passeurs. Là, est la responsabilité. Ce n’est pas à l’Europe de pleurer seule les morts. Ce n’est pas à l’Europe, car en faisant cela elle s’inscrit dans une posture post-colonialiste inacceptable.

On ne gouverne pas, on ne répond pas efficacement avec des larmes. Si elles témoignent l’émotion du deuil, elles ne font que s’ajouter à l’océan qui a emporté tant de vies. Quels moyens sont dédiés à Frontex l’agence européenne censée sécuriser la méditerranée ? 30 000 personnes sont arrivées par nos côtes européennes clandestinement cette année.

Nous devons travailler à une nouvelle politique migratoire de l’Union européenne. Et la réponse ne réside pas dans les 30 millions d’euros d’aide supplémentaire que Bruxelles a promis à l’Italie pour gérer les flux migratoires. Elle est plutôt à rechercher du côté de l’Australie qui depuis le 18 septembre a mis en place l’opération ‘frontières souveraines’ en vertu de laquelle les bateaux des migrants sont interceptés et renvoyés dans un délai de 48 heures dans des centres de transit, non plus australiens, mais situés en Papouasie-Nouvelle-Guinée. En Grande-Bretagne, David Cameron a également pris les mesures qui s’imposent afin de lutter contre l’immigration illégale en limitant l’accès aux prestations sociales et en privilégiant l’immigration économique choisie.

Pourquoi la France, pourquoi l’Union européenne, au lieu de s’empêtrer dans la paralysie de la bien pensance n’ont-elles pas le courage du réalisme ? L’humanisme du réalisme ? Ce n’est pas avec des millions d’euros de subventions que l’on mettra un terme aux tragédies comme celles de Lampedusa. Ces 30 millions d’euros qui partent pour l’accueil des réfugiés, les régularisations, sont des signaux délétères donnés aux passeurs et un encouragement à ces flux migratoires du malheur. Ce sont aussi autant d’euros dont les citoyens européens ne pourront pas bénéficier.

Dans le contexte de crise économique et financière qui touche de plein fouet notamment les classes moyennes, un tel signal est un luxe que l’Union européenne ne peut pas se payer ni financièrement ni moralement et qui pose question sur la place qu’occupe le mieux-vivre de nos concitoyens dans l’échelle de ses priorités.

Comment nos concitoyens peuvent-ils comprendre qu’on légifère sur l’immigration et en même temps qu’on ouvre les vannes de l’immigration illégale et mafieuse ? Où est la cohérence ? Où est l’humanité ?

Non seulement nous encourageons les Etats corrompus dans leurs turpitudes, nous adressons des signaux d’encouragement aux mafias qui vivent du trafic d’êtres humains, mais nous nous affaiblissons sur le plan national et international en créant de l’injustice. Si nous continuons à être les otages d’une bien pensance éculée nous vivrons le sinistre scénario décrit en 1973 par Jean Raspail dans son ouvrage le camp des saints.


mardi 15 octobre 2013

La Politique de la Ville intervient dans le quartier Noailles

Suite à l'article paru dans la Provence en date du 10 octobre 2013, Madame Boyer, présidente du GIP Politique de la Ville en charge des financements relevant du CUCS, souhaite apporter les précisions et rectifications suivantes :
La Politique de la Ville soutient et finance au travers du Contrat Urbain de Cohésion Sociale des projets conduits par des associations dans les quartiers sensibles de la ville et destinés à améliorer les conditions de vie des habitants de ces quartiers.
Ces projets doivent répondre à des critères stricts sur lesquels les collectivités publiques se sont mis d'accord : ils doivent ainsi contribuer au développement des quartiers dans lesquels ils se déroulent, avoir une dimension pédagogique et éducative avérée lorsqu'ils concernent les jeunes et les enfants, et garantir des conditions de réalisation de qualité.
Bénéficiant de financements publics, les projets soutenus doivent bien évidemment répondre à
ces exigences de qualité et de transparence, en plus que de répondre à des objectifs précis
sur les champs de l'emploi, l'habitat, la santé, la réussite éducative,....
Noailles est précisément un des quartiers d’intervention prioritaire de la Politique de la Ville à Marseille. Ses financements y sont ainsi passés de 175 000 euros en 2007 à 200 000 euros
par an aujourd’hui. La Politique de la Ville soutient depuis plusieurs années les actions
ludiques et artistiques de l’association RCFA/Mille Pattes en direction des enfants et
adolescents du quartier. L'association a ainsi bénéficié de ce soutien renforcé, ses
subventions passant de 36 000€ en 2006 à 80 000€ en 2009 et 2010.
En 2008, le Mille Pattes a également bénéficié d’une subvention de 17 000 € pour la réalisation de travaux dans son local rue d’Aubagne, afin d'améliorer les conditions d'accueil
des enfants du quartier. Ce sont bien ces activités pédagogiques et artistiques que la Politique de la Ville soutient, et non le Festival du Soleil, manifestation événementielle qui malgré son intérêt n'entre pas dans les critères de financements du CUCS, comme toutes les fêtes de ce type organisées sur Marseille.
Au regard des difficultés que connait le quartier Noailles et de la fragilité récurrente de cette association, les agents de la Politique de la Ville lui ont par ailleurs apporté un soutien constant
pour l’aider à stabiliser son projet et son équipe d’intervention, et l’accompagner dans la
nécessaire amélioration de sa gestion financière.
En 2013, malgré cette aide, et face à l’absence de progrès en matière de gestion et de qualité
de service, les subventions publiques ont en effet diminué. Ce quartier restant une priorité, elles ont été redéployées au profit d’autres projets et d’autres associations intervenant sur Noailles :
Destination Familles qui organise de multiples activités en direction des enfants, des familles, des femmes du quartier (soutien scolaire, sessions d'alphabétisation,...), des animations de rue organisées par l'ADDAP sur les Halles Delacroix, des actions culturelles proposées par City Zen - Daikiling, pour en citer quelques exemples.

vendredi 11 octobre 2013

POSE DE LA PREMIERE PIERRE DE L'ECOLE PRIVEE ROBERT SCHUMAN

Avec Jean-Claude GAUDIN, Guy TEISSIER et en présence de Monseigneur Pontier Archevêque de Marseille



Implantée au coeur d'Euroméditerranée par l'enseignement catholique, l'école privée Robert Schuman lance d'importants travaux pour se doter d'un établissement de 10 classes qui ouvrira à la rentrée 2014. Pour l'année 2012/2013, la Ville de Marseille a participé à hauteur de plus de 58 000 aux dépenses de fonctionnement de cette école. Au total, 10,5 millions d'euros ont été financés par la Municipalité pour l'ensemble des écoles privées à Marseille.

VALERIE BOYER REMET LA MEDAILLE DE L'ASSEMBLEE NATIONALE A ROBERT JUANEDA PRESIDENT DU CONSEIL DEPARTEMENTAL DE L'ORDRE DES CHIRURGIENS DENTISTES





INAUGURATION DE L'ESPACE DE LA CONFEDERATION DES CIQ AU PAVILLON M

Pendant deux jours, les 11 et 12 octobre, les CIQ investissent le Pavillon M
et proposent des débats, des rencontres, des expositions aux couleurs des quartiers de Marseille



mardi 8 octobre 2013

INTERVENTION DE VALERIE BOYER AU CONSEIL MUNICIPAL DU 07/10/13



Intervention Valérie Boyer
Députée des Bouches du Rhône
Conseillère Communautaire
Adjointe au Maire déléguée au CUCS,
à Marseille Rénovation Urbaine,au Programme de Rénovation Urbaine
Conseil Municipal
7 Octobre 2013






M. le Maire, chers Collègues

Nous sommes habitués à ce que Marseille, notre ville, soit l’objet permanent de reportages, ou annonces des médias nationaux montrant notre cité comme terre de violence ,de trafic , d'injustice

Cette vision réductrice, caricaturale est désormais relayée par certains élus locaux qui affirment haut et fort que rien n’est fait pour les quartiers ,pour les quartiers Nord en particulier , que les populations sont abandonnées . Je rappelle que dans ces quartiers , dits quartiers nord la gauche a le pouvoir depuis toujours .

Je refuse ces caricatures,cette utilisation des crimes et faits divers qui se déroulent sur le territoire marseillais , elle participe à casser les efforts engagés depuis plus de 15 ans pour qu'il n'y ait pas de rupture, de fracture dans la population marseillaise , pour que cette ville soit unie, soit une et indivisible .

Vous m’avez fait l’honneur de me confier la délégation de la PDV et de la Rénovation Urbaine , ce qui me permet d’avoir une vraie connaissance de la situation de ces quartiers mis en exergue , qui représentent plus de la moitié de la population marseillaise et ce qui me permet aussi de constater les efforts faits par cette Ville dans les domaines de ses compétences et au sein de politiques contractuelles .

Comment peut on dire que rien n'est fait quand , Marseille ,ville généreuse , intervient partout et sur tout

En 2013 , la ville de Marseille a consacré plus de 6 millions d'euros à la Politique de la ville, j'inclus dans cette somme les 3,7 millions consacrés au financement des projets associatifs , mais aussi les 2, 4 millions prenant en charge le personnel de la politique de la Ville qui intervient au cœur des quartiers . Ces agents sont au quotidien au cœur de ces quartiers et y assurent souvent la seule présence publique , .
Les financements politique de la Ville tous partenaires confondus, représentent en moyenne à peu près 20€ par habitant pour les 400000 marseillais concernés ,10€ pour l'Etat, 3 € pour la région, 7€ pour la Ville
Pour votre information l'Etat consacre 60€ par habitant à Lyon …

N'en déplaise à certains, 20€ est une moyenne , qui s'élève à 56€ pour un habitant du secteur Savine, Notre dame limite , contre 13€ pour un habitant de la Vallée de l'Huveaune , secteur où la ville se retrouve souvent financeur majoritaire ou parfois seul .

Au contraire de certaines collectivités ,vous n'avez jamais Mr le Maire , conditionné les efforts municipaux à une quelconque logique politicienne .
Vous avez scrupuleusement respecté les engagements pris dans le contrat urbain de cohésion sociale là où d'autres ont réduit subitement leur subvention dans l'est ou le sud de la ville ,ou ont tout d'un coup arrêté de subventionner une thématique comme la culture , juste l'année 2013 .

Pour vous , tous les marseillais sont égaux quelque soit leur secteur de domicile .

On nous annonce une nouvelle politique de la Ville , plus resserrée (peut être uniquement sur les quartiers Nord, plus efficace, mieux articulée entre les partenaires …

Qu'en penser alors que le Conseil Général, première collectivité compétente en matière sociale , a refusé de participer au contrat de cohésion sociale , tout en utilisant quand même notre dossier administratif et technique,

Qu'en penser quand le Conseil Régional baisse de 25 % sa participation en 2013,

Qu'en penser quand l'Etat accentue l'écart entre les montants accordés selon les secteurs , est ce qu'un habitant des Escourtines, dans le 11ème est moins à considérer qu'un habitant de Malpassé . ?

La politique de la Ville n'a pas besoin d'une nouvelle restructuration , elle a surtout besoin que nous redéfinissions les objectifs communs, partagés , d'engagements pérennes et respectés .et de transparence
les GIP ont fait l'objet de multiples audits dont d'ailleurs les résultats ne nous sont pas communiqués, audits forts couteux sans doute .
Ces enquêtes ont finalement démontré que nous avions mis en place des systèmes de surveillance, de contrôle qui empêchaient les dérives que certaines collectivités ont connues et qui ont participé à discréditer le monde associatif .
Comme pour les marchés publics , vous avez souhaité mr le Maire que cette Ville soit irréprochable dans ce domaine et cette rigueur nous permet chaque année de subventionner plus 800 projets , conduits par 600 acteurs associatifs, en toute transparence .


Comment peut on dire que rien n'est fait quand
Marseille la ville courageuse n'hésite pas , à prendre des risques financiers pour améliorer les conditions de vie de ses habitants . En matière de logements, d'aménagements ,la ville assume sa responsabilité alors qu'elle a à gérer l'héritage urbanistique de l' époque Defferre.
Marseille conduit, porte , 14 programmes de rénovation urbaine avec l'ANRU pour un total dépassant le milliard d'euros .
Ces 14 sites , implantés essentiellement au nord , au nord est , au centre ville , implique pour la Ville de s'engager à couvrir par exemple des déficits d'opérations , comme pour Kallisté ou la Savine . Et la Ville n'hésite pas à le faire alors que d'autres font part interminablement de leurs atermoiements sur les projets pour une quote part quelquefois indécente ( deux cent mille euros du Conseil Général pour la Savine , jusqu'au dernier CA de MRU ou les 14 CA qui ont été nécessaires pour trouver un accord pour le projet Picon Busserine ) .

La Ville n'hésite pas , elle, parce que , grâce à ses efforts, déjà plus de 1500 familles ont pu être ainsi relogées dans des programmes de logements neufs de grande qualité , à la Viste, au Plan d'Aou, aux Créneaux ,à Saint Paul, aux Flamants ....., sans compter les rénovations
D'ici 2015, plus de 2300 familles connaitront cette évolution dans leur parcours résidentiel et dans leur vie tout simplement .

Comment peut on dire que rien n'est fait quand
Marseille ne se contente pas de rénover ses quartiers, ses équipements publics .

Elle fait en sorte d'y faciliter le développement économique .
Vous avez créer mr le Maire les ZFU qui sont une vraie réussite pour Marseille et pour ces quartiers en particulier .
Ce dispositif a permis de conjuguer disponibilité foncière , dynamisme local,et emploi pour les habitants des quartiers en difficulté
Plus de 13000emplois ont été crées sur les territoires ZFU et ont ainsi redonné espoir à toute une population .
Dans cette même logique ,
Sur les sites porteurs d'un Projet de Rénovation Urbaine, , grâce aux clauses d'insertion , plus de 300 personnes habitant en ZUS, ont pu bénéficier d'un contrat de travail .
Ces chantiers ramènent une activité au cœur de ces quartiers et font aussi évoluer les pratiques des maîtres d'ouvrage privé qui n'hésitent pas à faire confiance au public en insertion .
Un dispositif similaire est mis en œuvre sur le territoire d'Euroméditerranée .

Comment peut on dire que rien n'est fait quand Marseille , construit, rénove les centres sociaux au cœur de ces quartiers, à Saint Antoine, à Saint Mauront , demain à la Cayolle ;
la politique de la Ville consacre chaque année plus de 4,5 millions d 'euros au financement de projets portés par les 45 centres sociaux et maisons pour Tous de Marseille des territoires prioritaires , soit 30 % de leur budget .

Comment peut on dire que rien n'est fait quand
Marseille, la ville innovante , n'a pas attendu la réforme de l'aménagement du rythme scolaire pour se préoccuper du bien être des petits Marseillais à l'école et après l'école .
Alors que chacun s'accorde à dire que l'éducation est le pilier de la République , mr Peillon réduit le temps scolaire .
A Marseille, sur le secteur de la Cayolle , nous, nous faisons le contraire et nous replaçons l'école au centre d'un dispositif agissant sur la qualité des apprentissages, la découverte des pratiques culturelles et sportives ,et aussi la citoyenneté .
Le projet innovant mené à l'Ecole des Calanques avec l'association APIS casse l'effet de ghettoïsation de l'établissement scolaire parce que l'Ecole redevient le lieu de l'échange , du partage tout en privilégiant le professionnalisme des intervenants, la sécurité des enfants et l'adhésion des parents .
L'accent est surtout mis sur l'amélioration des comportements et des résultats scolaires , parce que c'est l'objectif à atteindre pour offrir un avenir à cette génération .
La politique de la Ville vient ainsi compléter les efforts engagés pour le soutien scolaire , primaire et secondaire .
Nous soutenons les 200 opérations coup de pouce , organisés dans les 77 écoles dont 76 en site prioritaires et les 100 cycles Pacquam (soutien scolaire des collégiens) .


Comment peut on dire que rien n'est fait alors que
Marseille , c'est aussi la ville du partage,

Marseille, Capitale européenne de la Culture est un vrai succès, succès visible par la fréquentation des événements culturels , par la qualité des équipements offerts au public , mais aussi succès par l'adhésion de la population à cette entreprise collective .
Avec la Politique de la Ville et MRU, nous avons tenu à participer à cette dynamique, parce que la culture est un vrai outil de cohésion sociale .
10 % des crédits politique de la Ville sont consacrés chaque année à cette thématique .
Les quartiers créatifs , associant rénovation urbaine et création , ont permis ainsi la mobilisation des acteurs associatifs ou culturels locaux et d' artistes de renommée internationale .comme à Plan d'Aou avec Kosmos Kolej et Bank of Paradise, ou Parc sur les hauts de Mazargues
Ces expériences ont des conséquences immédiates sur l'appropriation par les habitants du projet urbain et renforcent aussi le sentiment de partager le territoire marseillais, d'y appartenir <.

Alors Mr le Maire et chers collègues ,
avant de dire que rien n'est fait ,
que les élus responsables respectent le travail fait au quotidien , par nos agents , par les associations, avec les habitants,
que les élus responsables respectent leurs engagements , comme la réalisation du BUS , n'est ce pas mr Caselli .
Ils y gagneront en crédibilité pour eux mêmes et pour la politique car tout ce qui participe à l'abaissement de la parole publique nuit à la démocratie .





Valérie BOYER SUR FRANCE 3 EN PLATEAU DE "LA VOIX EST LIBRE" SUR LES ROMS


Voir ou revoir l'émission du 05/10/2013 ICI



lundi 7 octobre 2013

Valérie BOYER et Roland BLUM demandent l'activation anticipée du Plan Danton

Suite aux violences qui ont frappé le quartier de Saint-Barnabé, nous avons saisi, avec le Premier adjoint Roland Blum, le Préfet de Police afin de l'alerter sur l'insécurité ambiante et demander l'activation du Plan Danton dans les plus brefs délais. Le Plan Danton permet le renforcement de la présence policière dans les noyaux villageois à l'approche des fêtes de fin d'année. Nous sollicitons sa mise en oeuvre anticipée afin que les habitants et les commerçants se sentent en sécurité sans attendre davantage.

vendredi 4 octobre 2013

VALERIE BOYER A L'INAUGURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE LA GROGNARDE RENOVEE





Fin des travaux de la bibliothèque la Grognarde
Mercredi 25 septembre

Monsieur le Premier adjoint,
Monsieur le Maire de secteur,
Mesdames, Messieurs,
Chers amis,

Nous voici réunis à l'occasion de la fin des travaux de rénovation de la bibliothèque de la Grognarde et pour fêter sa réouverture ; en cette période de rentrée scolaire, c'est une très bonne chose puisque la bibliothèque va être en mesure de reprendre l'accueil des groupes des écoles et des associations. 

Les travaux de rénovation de cette bibliothèque qui existe depuis 1988 avaient été rendus nécessaires suite à des infiltrations d'eau. De mai à septembre 2013, avec la Ville de Marseille en tant que Maître d'ouvrage et la Direction des constructions et de l'architecture en qualité de Maître d'oeuvre, les entreprises ont remplacé de nombreux éléments ; une partie du mobilier, revêtements de sols, faux plafonds, luminaires, chauffage et climatisation, bornes antivol, système d'alarme incendie, et repeint entièrement les locaux. Au total, les travaux ont été réalisé sur une surface de 310m² pour un montant de 240 000 euros. Mais n'oublions pas l'engagement de la copropriété qui a pris en charge les travaux d'étanchéité.

Avant sa fermeture, cette bibliothèque de proximité dont 70% des lecteurs sont des habitants des 11ème et 12ème arrondissements, réalisait 140 000 prêts par an! Il y a fort à parier que le succès sera à nouveau au rendez-vous dans cet espace rénové et très agréable, propice aux activités d'animation et de médiation telle que l'exposition de l'artiste espagnole Manuela Toril Moreno que nous avons le plaisir d'accueillir en ces lieux. 

Désormais équipée d'un système d'automatisation des prêts, la bibliothèque est presque à la pointe de la technologie ; ne manque plus que le WI FI!

C'est l'environnement idéal et l'équipe de la bibliothèque, dynamique et volontaire, le mérite tout autant que les nombreux lecteurs qui y trouvent un havre de paix et de culture!


jeudi 3 octobre 2013