jeudi 28 novembre 2013

PLFSS 2014 et Réforme des Retraites : deux rendez-vous ratés...

Je suis pour le moins étonnée par le tour de force du Gouvernement pour faire passer deux textes fondamentaux mardi soir à l’Assemblée, alors que la Gauche dans l’opposition fustigeait ces mêmes méthodes.

En dernier recours, le Gouvernement s’est retranché derrière l’article 44 sur la procédure du vote bloqué pour faire passer le Projet de Loi garantissant l'avenir et la justice du système de retraites, texte sans aucune ambition et qui porte gravement atteinte à notre système de retraites par répartition.

En 2010, nous avions porté une réforme permettant de réduire les besoins de financement et donc les déficits de près de 20 milliards d’euros d’ici 2020, grâce au report de l’âge légal de départ en retraite. L’entrée en vigueur du "décret Hollande" dès le début du quinquennat, rétablissant l'âge de départ à 60 ans pour certaines catégories de population, a contribué à dégrader gravement notre économie et la stabilité de notre système de retraites.

Je déplore le manque de courage du Gouvernement, notamment sur les régimes spéciaux et le rapprochement des régimes publics et privés, qui est un aveu de faiblesse face aux Français, un aveu de la crainte de François Hollande de voir le peuple français dans la rue. Le Gouvernement s’est contenté d’un texte sans envergure, qui ne risque certes pas de faire chuter davantage une côte de popularité déjà au plus bas, mais qui n’apporte aucune solution et aucun financement à un système en péril.

Je condamne également la méthode employée consistant à museler les Députés, jusque dans la majorité, ce qui dénote un manque de respect flagrant pour le Parlement et pour la démocratie.

Le Gouvernement accouche d’un dispositif non financé et la dette continue de s’alourdir…

Comme une mauvaise nouvelle ne vient jamais seule, le PLFSS, après un double échec cuisant au Sénat, sera sans doute voté quasiment dans sa version originelle par la majorité à l’Assemblée, c’est-à-dire sans aucune anticipation sérieuse des conséquences budgétaires qui sont pourtant désastreuses.

Je suis particulièrement indignée par l’instauration d’une taxe de 20% sur les ventes directes aux pharmacies d’officine ainsi que par le retour à peine déguisé des clauses de désignation, qui grâce à un tour de passe-passe technique et sémantique, sont gravées dans le marbre alors qu’elles sont inconstitutionnelles et liberticides.

Le matraquage fiscal continue et le Gouvernement ne se lasse pas de pénaliser la famille notamment avec la baisse du plafond du quotient familial de 2 000 euros à 1 500 euros par demi-part inscrite au budget 2014 qui va toucher 13% des foyers fiscaux. Le PLFSS 2014 est un texte inique et irresponsable qui aggrave durement les déficits et démontre une fois de plus l’amateurisme du Gouvernement. 

lundi 25 novembre 2013

Chevaux dans Paris : Valérie Boyer interpelle le Gouvernement sur le passage de la TVA à 20%

Valérie Boyer a interpellé le Gouvernement en posant une question écrite au Ministre de l'Economie et des Finances sur la hausse de la TVA au 1er janvier 2014 pour les centres équestres. 
Valérie Boyer dénonce avec fermeté cette discrimination à l'égard des cavaliers et apporte son soutien aux professionnels du secteur.


Question n° 43184 publiée au JO le : 19/11/2013

Mme Valérie Boyer attire l'attention de M. le ministre de l'économie et des finances sur la hausse de la TVA pour les centres équestres de 7 % à 20 % au 1er janvier 2014. Cette augmentation brutale de la fiscalité, résultant d'une décision européenne, porte fortement atteinte à l'activité des centres équestres. Ainsi, au 1er janvier 2014, toutes les activités sportives bénéficieront d'une TVA réduite à 7 %, sauf l'équitation, ce qui relève d'une discrimination à l'égard des cavaliers. L'équitation est pourtant une activité saine pour les jeunes, qui développe le lien avec la nature et fait vivre les territoires ruraux. Cette décision est d'autant plus incompréhensible que l'équitation est le troisième sport le plus pratiqué en France avec plus de 2 millions de pratiquants et plus de 700 000 licenciés. La majeure partie des centres équestres ne disposent d'aucune subvention ou fonds publics. Face à cette modification soudaine de la fiscalité, ils n'ont que deux options possibles : répercuter la hausse sur les tarifs pratiqués qui pourront être rédhibitoires pour certains clients ou maintenir leurs tarifs actuels et diminuer leur chiffre d'affaires. Selon la Fédération nationale du cheval (FNC), la hausse de la TVA mettrait en péril 2 000 entreprises agricoles et 6 000 emplois. Sur les 250 000 chevaux que comptent les centres d'équitation, 80 000 seraient directement envoyés à l'abattoir. Cette décision compromet l'avenir des salariés avec suppression d'emplois et emplois précaires à la clé. Alors que l'emploi est une priorité pour tous les Français, il semble impensable de mettre en péril les emplois générés par l'ensemble de la filière équestre. Dans ce contexte, elle lui demande s'il compte revenir sur l'abandon du taux réduit de TVA applicable aux activités équestres.

vendredi 22 novembre 2013

Réaction de Valérie Boyer à l’annonce de la candidature de Jean-Claude Gaudin

Hier soir, Jean-Claude Gaudin annonçait sa candidature aux élections municipales. Voici ma réaction quant à cette annonce :

« Avec cette annonce, c’est une famille politique rassemblée qui se présente avec Jean-Claude Gaudin ! Il fait aujourd’hui le choix du courage ! Fort de l’image d’une Marseille battante, il a une équipe unie, solide et renouvelée à ses côtés. Jean-Claude Gaudin a su prouver son engagement et son sérieux aux Marseillais ne laissant place ni à la surenchère ni aux fausses promesses. Loin du cirque gouvernemental, il incarne Marseille rythmée par les avancées économiques, culturelles et urbaines. Le tramway, Euroméditerranée, la Capitale Européenne de la culture avec plus de 7 millions de visiteurs dont 1 million rien qu’au Pavillon M, les Terrasses du Port avec plus de 2000 emplois à la clé, 1 million de croisiéristes, le pôle universitaire, le parc des calanques et la liste est encore longue… Des idées nouvelles, des projets ambitieux pour porter Marseille toujours plus haut et la hisser au rang de Capitale Euroméditerranéenne. La métamorphose ne doit pas s’arrêter et c’est avec conviction et détermination que je suis aux côtés de Jean-Claude Gaudin. Marseille est dans notre cœur et les Marseillais sont notre priorité !»

jeudi 21 novembre 2013

Valérie Boyer et Roland Blum saisissent la Ministre de la Culture pour sauver le Studio Ballet Colette Armand

"Sauver le Studio Ballet Colette Armand", tel est le défi que sont prêts à relever Valérie Boyer et Roland Blum pour faire vivre ce temple de la danse classique à Marseille, malgré les déconvenues judiciaires qui l'ont accablé et qui ont conduit à la mise aux enchères de ses locaux en janvier prochain.

"Cette institution culturelle marseillaise qui jouit d’un rayonnement international depuis 50 ans se voit condamnée à fermer ses portes suite aux dernières décisions de justice venant clôturer 25 ans d’une procédure judiciaire ubuesque."

Valérie Boyer et Roland Blum ont écrit à Aurélie Filippetti afin d'alerter le Gouvernement sur le péril imminent qui menace l'avenir de l'école de danse et de ses élèves.

En sa qualité de Députée du 11ème et 12ème arrondissements, Valérie Boyer a également interpellé la Ministre par le biais d'une question écrite.

"L’école fait en effet partie du patrimoine de la Ville et jouit d’une renommée mondiale. Elle participe à l’attractivité culturelle de la Ville de Marseille, Capitale européenne de la Culture en 2013. Si le devenir du Studio Ballet Colette Armand relève de la compétence de la justice, il est toutefois inconcevable de le laisser disparaître sans agir."



vendredi 15 novembre 2013

Inauguration de « FESTI’LIFE » au Château de La Buzine

J'ai été très heureuse de participer hier soir à l’inauguration de la première édition du Festival International du Court Métrage sur le Handicap « Festi’Life », festival inédit en France qui participe au rayonnement culturel de Marseille.



Je suis très fière que ce Festival voit le jour dans notre belle ville et plus particulièrement à la cinémathèque du Château de la Buzine où il est une réelle valeur ajoutée. C’est en effet au travers d'événements culturels de stature internationale que l’attractivité touristique de Marseille est décuplée mais aussi aussi grâce à l'accueil. La Ville est fière que ce lieu municipal reçoive le label handicap car tous les critères sont remplis.

« Festi’Life », par la grande qualité et l’originalité des films proposés qui représentent la diversité des handicaps, renverse les schémas classiques du cinéma et interpelle le grand public sur la différence. Il permet également d’intégrer le handicap dans le projet Marseille Provence 2013 Capitale Européenne de la Culture. Je suis ravie que ce festival soit présidé par le Marseillais Adda Abdelli, créateur de la série télévisée diffusée sur France 3 "Vestiaires".


A l’occasion de ce festival, les onze pays représentés vont pouvoir faire la rencontre d’une ville métamorphosée au niveau culturel et urbanistique notamment à travers le Pavillon M, le Silo, le Mucem, le Musée d’histoire naturelle, Euroméditerranée…

Rappelons que le Château de ma mère est un des lieux emblématiques de Marseille et de Marseille Provence Capitale Européenne de la Culture. C'est un succès formidable : un million de visiteurs au Pavillon M, 5 millions de touristes, 20 000 emplois, 750 millions de retombées économiques, et l'année 2013 n'est pas finie !

Le handicap est une source d’inspiration artistique, il est une force. 

jeudi 14 novembre 2013

Mobilisation contre l'installation de camps de Roms à Saint Jean du Désert

L’installation de camps de roms dans le quartier de Saint Jean du Désert, entraînant d’importantes nuisances dans tout le secteur, constitue une situation critique pour les riverains qui ont légitimement droit à la sécurité et à la sérénité.

Je ne permettrai pas que leur lieu de vie soit dégradé et insalubre, ni ne devienne le théâtre d’incidents quotidiens. Il est urgent que les autorités compétentes se saisissent de ce problème qui n’a que trop duré et apportent une solution définitive.

Sollicitée par des riverains dès la fin du mois d’octobre, j’ai immédiatement réagi en alertant le Préfet de Police dans les plus brefs délais afin de requérir le lancement d’une procédure d’expulsion en urgence.
Je suis également intervenue auprès du Président de la Communauté Urbaine de Marseille Provence Métropole (CU MPM), Monsieur Eugène Caselli, à laquelle le terrain appartient. La CU MPM, distincte de la Ville de Marseille, est seule compétente pour gérer les problèmes liés à l’occupation illicite des terrains lui appartenant. 

J’ose espérer que sa réaction face à une situation aussi délétère ne se fera pas attendre davantage. 

mercredi 13 novembre 2013

Valérie Boyer et Roland Blum sont mobilisés sur la L2 à Marseille

Courrier à Monsieur Jean-Marc Ayrault, Premier Ministre :


" A l’occasion de votre venue ici à Marseille, permettez-nous de vous interpeller sur un projet de grande ampleur pour notre ville, celui du contournement routier dit « rocade L2 », dont l’échéance et le montage financier sont désormais actés.

Comme vous le savez, le 8 octobre dernier, le plus important projet d’infrastructures de l’année a été attribué avec la signature du contrat de Partenariat Public Privé portant sur la réalisation de la L2 pour un montant de 620 millions d’euros.

Nous nous réjouissons de cet engagement conforme à nos souhaits et qui reprend tous les engagements antérieurs. Il prévoit l’achèvement de la L2 Est pour l’été 2016 et celle de la L2 Nord pour fin 2017. C’est une nouvelle pierre posée qui garantit l’aboutissement d’un ouvrage absolument vital pour notre ville.

Toutefois, la réalisation d’une transition urbaine aussi conséquente dans un calendrier aussi serré ne doit pas signifier pour autant le report d’aménagements urbains de qualité. Nous souhaitons par là nous assurer que les conséquences sur l’urbanisation de surface seront anticipées et que des mesures seront prises afin de moduler notamment les effets induits sur la circulation.

Pour la L2 Est, il est nécessaire que l’aménagement des couvertures parties Fourragère et La Parette soient de qualité urbaine similaire aux réalisations effectuées parties Montolivet et Bois-Luzy.

Concernant le transport, la création d’une liaison de transports en commun entre la Vallée de l’Huveaune et La Fourragère doit être mise en œuvre. Pour les véhicules particuliers, l’impact de l’ouverture de la L2, notamment sur l’échangeur Florian, le Boulevard Urbain Sud doit être anticipé et traité dans le même temps que la L2.

Par ailleurs, la réalisation de la L2 engendre des interrogations sur les inévitables impacts au niveau de la qualité de l’air, des nuisances sonores et des répercussions sur la santé des riverains.
Nous devons être particulièrement vigilants sur ces sujets de préoccupation majeure et légitime en proposant des solutions durables et de qualité. Par exemple, une couverture supplémentaire de la Fourragère, assurant isolation phonique et innocuité de l’air ambiant, pourrait être mise en œuvre.

Nous nous interrogeons également sur le devenir de l’usine de Montolivet. S’il est effectivement question, comme nous l’avons entendu, que son activité d’extraction permanente soit interrompue, nous sommes en droit de savoir de quelle manière l’air serait traité en conséquence.

Sur la L2 Nord, le système prévu pour le traitement de l’air implique la création de puits d’extraction naturelle au Merlan et à Picon. A la sortie des saignées de drainage, la concentration d’air vicié serait plus importante. Nous nous demandons s’il sera retraité ou s’il sera déversé dans l’atmosphère chargé de particules polluantes.

La qualité de la couverture de la L2 Nord est un élément fondamental du Projet ANRU de Picon-Busserine Saint-Barthélémy, mais quels sont les aménagements prévus du côté de la cité Font Vert ? Comment vont être résolus les problèmes de différence de niveau entre la L2 et les espaces urbains qu’elle longe ?

Dans ce contexte, nous souhaiterions connaitre votre position quant à nos interrogations.

Le coût global de l’opération L2 (Nord et Est) annoncé pour 680 millions d’euros et pourtant signé pour 620 millions ne doit pas se faire au détriment de la qualité du projet tant urbain que pour la santé de la population.

Nous vous serions ainsi reconnaissants de nous assurer que les collectivités locales ne seront pas sollicitées pour supporter une surcharge financière correspondant aux 60 millions manquants.

Enfin, nous vous remercions de bien vouloir étudier la possibilité d’un nouveau Partenariat Public Privé dans le cadre de la réalisation du Boulevard Urbain Sud.

En ce sens, la réalisation du BUS va rendre possible le ceinturage de Marseille et le désengorgement du trafic routier engendré par la L2 en particulier au niveau de l’échangeur Florian. L’absence de réalisation des promesses du Président de la Communauté Urbaine de Marseille qui s’était engagé lors de son élection en 2008 à ce que ce chantier soit achevé nous inquiète. Aujourd’hui, le Président du Conseil Général semble toujours dans l’attente d’un engagement de Marseille Provence Métropole. Nous attirons votre attention sur le fait que le projet ANRU des Hauts de Mazargues est adossé à cette réalisation.

Nous vous rappelons qu’en 2007, le Ministre Dominique Bussereau avait permis d’injecter 20 millions d’euros dans le projet en complément des dotations Etat-régions. L’année suivante, dans le cadre du plan de relance de 2008-2009, le Ministre Patrick Devedjian avait débloqué 10 millions d’euros pour la L2.


Aujourd’hui, il est impératif que les réponses aux questions posées à l’Assemblée nationale sur la L2 Est et Nord soient apportées lors de votre visite à Marseille. Elles concernent tous les Marseillais. "

mardi 12 novembre 2013

La Gauche a l’indignation bien sélective...

Question au Gouvernement de Valérie Boyer du Mardi 12 novembre 2013 :

« Hier, vous avez récolté ce qui a été semé et c’est la France, sa mémoire qui est offensée. Lorsque le Président Sarkozy a été conspué en quittant l’Elysée sous les sifflets de la Gauche au nom de la liberté d’expression, vous n’avez pas protesté et aujourd’hui vous souffrez d’être désavoué par les Français.

Ce qui porte atteinte à la fonction présidentielle, c'est de dresser les Français les uns contre les autres par exemple en détruisant fiscalement la famille.
Ce qui porte atteinte à la fonction présidentielle, c’est d’assommer les Français d’impôts : 55 milliards d’augmentation en 18 mois.
Ce qui porte atteinte à la fonction présidentielle, c’est le rejet massif de la politique de François Hollande et de sa personne.
Ce qui porte atteinte à la fonction présidentielle, c’est d’instrumentaliser la visite du Premier Ministre à Marseille aux frais de l’Etat pour recoller les morceaux d’un PS en déliquescence, pour aller consoler une sénatrice et conforter le candidat du gouvernement.
Ce qui porte atteinte aux Français, c’est de soumette le soutien aux Marseillais à un chantage électoral.

La Ville de Marseille n’a pas attendu les élections municipales pour conduire avec succès de grands projets et valoriser son potentiel : Marseille capitale de la Culture en 2013, les chantiers Euroméditerranée et de rénovation urbaine, une ville devenue touristique, la création du parc des Calanques, la réunion des universités Aix-Marseille, l’excellence médicale tant publique que privée, et la liste est encore longue... 

Pour Marseille, vous nous offrez un catalogue de projets recyclés qui ne verront pas leurs effets avant 10 ou 20 ans. Les aides que vous promettez sont conditionnelles et viendront compléter des engagements que les collectivités prendront. Il n’y a rien pour les entreprises du secteur marchand et vous prenez les Marseillais en otage !

Ce qu’il faut aujourd’hui, ce n’est pas promettre mais agir en urgence pour le quotidien des Marseillais. Qu’en est-il de la SNCM, de l’hôpital, de l’opéra, de la réalité des renforts de police ? Deux exemples significatifs :
  • Pour le tramway, en dehors de crédits d'études, rien n’a été annoncé en matière de financement, et le Boulevard Urbain Sud promis n’en est même pas au stade de l’étude.
  • Concernant la sécurité, à peine avez-vous regagné la capitale que les faits vous ont désavoué durant le weekend avec deux nouveaux règlements de compte et une policière sauvagement agressée.
Les Marseillais sont comme tous les Français : ils demandent moins d’impôts et plus de travail, pas des promesses financées par l’emprunt et donc l’overdose fiscale. La gauche a les pleins pouvoirs pour conduire sa politique mais à l’évidence elle n’y parvient pas. Finalement, une seule question, Monsieur le Premier Ministre, quand allez-vous enfin écouter le peuple de France ? »


Valérie Boyer

lundi 11 novembre 2013

Agression sauvage du Député UMP Bernard Reynès

"Au cours des commémorations du 11 novembre à Marseille auxquelles je prenais part, j'ai appris la terrible nouvelle de l'agression de mon collègue Bernard Reynès et de deux élus municipaux. 

Je suis profondément choquée et scandalisée par la violence déployée à l'encontre d'un élu de la République.

Je tiens à exprimer ma sympathie aux victimes ainsi qu'à leurs proches et je leur souhaite un très prompt rétablissement."

Valérie Boyer

vendredi 8 novembre 2013

Communiqué de Valérie Boyer suite à la venue de Jean-Marc Ayrault à Marseille : "Je m’étonne que le Premier Ministre ne soit pas plus au fait des règles administratives qui expliquent cette lenteur de procédure et qu’il ne félicite pas plutôt la Ville de Marseille qui applique scrupuleusement ces règles."

A Marseille, plus de la moitié des conventions obligatoires pour les 14 Projets de Rénovation Urbaine (PRU) ont été signées depuis moins de 2,5 ans permettant la mise en œuvre des quelques 500 opérations.

Le calendrier des signatures des 14 PRU est le résultat des difficultés et lenteurs des négociations entre les partenaires. Même lorsqu’un accord est finalement trouvé, un partenaire peut se démettre. C’est ce que fait la Communauté Urbaine de Marseille Provence Métropole (CU MPM) qui ne réalise pas en temps voulu le Boulevard Urbain Sud et ampute ainsi le PRU Hauts de Mazargues de sa colonne vertébrale.

A cela s’ajoutent des blocages imprévus :

  • ·         Découverte de traces d’amiante dans des immeubles aux Flamants et la Savine, qui retarde terriblement leur démolition.
  • ·      Multiples recours contre les permis de construire des quelques 2 900 logements locatifs sociaux neufs de remplacement.


Je regrette que le Premier Ministre n’ait pointé que ces retards regrettables plutôt que de reconnaitre la grande qualité de tous les PRU achevés comme le Plan d’Aou, les Créneaux et Malpassé.

Je rappelle que les deux collectivités locales qui assument les maîtrises d’ouvrage, à savoir la CU MPM et la Ville de Marseille, disposent de potentiels fiscaux particulièrement limités comparé aux autres grandes villes de France. En conséquence, leur marge de manœuvre sur le rythme global de leurs investissements est assez contrainte.

Je m’étonne que le Premier Ministre ne soit pas plus au fait des règles administratives qui expliquent cette lenteur de procédure et qu’il ne félicite pas plutôt la Ville de Marseille qui applique scrupuleusement ces règles.

En revanche, qu’en est-il des crédits politiques de la Ville ? Alors que la précarité touche 1/3 du territoire communal et près de la moitié de sa population, pas un mot n’a été dit sur le pendant de la Rénovation Urbaine à savoir la politique de la Ville. Je regrette par exemple que n’aient pas été annoncés concrètement les moyens débloqués pour Air Bel ni le calendrier prévu.

La Ville de Marseille, en ce qui la concerne, assume et assumera pleinement son rôle de porteur des projets et de maître d’ouvrage de certaines opérations, en dépit de ses moyens limités et parfois du manque de solidarité de certains partenaires. 

mercredi 6 novembre 2013

Les députées de l’UMP interpellent la Ministre de la Santé à l'Assemblée sur la grève des sages-femmes

Les députées femmes de l’UMP s’occupent des problèmes des sages-femmes, et au-delà des femmes en général, en leur prêtant une oreille attentive quand d’autres ne démontrent que du mépris à leur encontre.

L’absence totale de réaction de Madame la Ministre Marisol Touraine me choque profondément. Je vois dans sa réponse indigente une réponse de technocrate bien loin des réalités de ces femmes et de leurs revendications. 



Les sages-femmes sont précieuses et leurs compétences doivent être reconnues.  Le minimum est l’écoute, nous choisissons de leur apporter notre soutien !