mercredi 11 juin 2014

Dîner annuel de l'établissement scolaire Hamaskaïne le vendredi 6 juin 2014

Je voulais en premier lieu remercier pour son engagement Madame la Présidente, Brigitte Markoyan, ainsi que toute l’administration d’Hamaskaïne mais aussi toutes celles et ceux qui font vivre cette école au quotidien, enseignants, élèves et parents.

Je suis ravie d’être parmi vous ce soir, dans cette école si chère à mon coeur, à la communauté arménienne et à tout le quartier de Beaumont.

« Hamaskaïne », c’est une aventure internationale extraordinaire qui a étendu ses ramifications jusqu’à Marseille.

Association fondée en 1928 par l’écrivain Lévon Chanth, son objectif principal est de permettre aux arméniens partout dans le monde de faire vivre leur langue, leur culture et leurs traditions à travers l’enseignement scolaire et la création d’écoles dédiées.

L’école Hamaskaïne de Marseille est la plus récente d’entre elles, créée en 1980, sur la base d’un enseignement quotidien bilingue franco-arménien, ce qui en fait une école inédite en France.

De 4 élèves en classe de maternelle, l’école compte désormais, si je ne m’abuse, près de 350 élèves pour 45 enseignants !

Cet engouement pour l’établissement scolaire a nécessité la construction de nouveaux locaux, inaugurés le 8 novembre 2003 en présence de 1 200 personnes.

Le 15 mars dernier, j’ai eu de plus le plaisir d’inaugurer le nouveau gymnase et d’assister à une magnifique représentation de danse donnée par les élèves de l’école dans la nouvelle salle de spectacle.

La renommée de l’école Hamaskaïne est également justifiée par des taux de réussite incroyables : 100% au Brevet des Collèges et au Baccalauréat ! C’est une école qui fait la fierté non seulement de la communauté arménienne de Marseille mais de la Ville toute entière.

Comme vous le savez, je défends ardemment la cause arménienne et je souhaite par mon mandat de Maire de secteur impulser une année 2015 de l’Arménie exceptionnelle :
- dans notre secteur avec des projets inédits,
- et plus largement, en collaboration avec notre Maire Jean-Claude Gaudin, sur l’ensemble de la ville de Marseille.


A l’Assemblée nationale, je suis également en train de travailler à une nouvelle Proposition de Loi de pénalisation du négationnisme du génocide arménien que j’espère voir discuter très prochainement.