mercredi 23 juillet 2014

Question au Gouvernement sur les Chrétiens d'Orient : séance du 23 juillet 2014



Monsieur le Ministre,

J’associe à ma question les membres du groupe d’études sur les Chrétiens d’Orient. En effet, les persécutions des Chrétiens d’Orient se poursuivent en Syrie comme en Irak et s’amplifient de façon alarmante.

Il y a quelques semaines, les Chrétiens présents depuis 2 000 ans à Mossoul en particulier, se sont vus lancer un ultimatum par les nouveaux occupants djihadistes :
  • Se convertir à l’Islam
  • S’acquitter d’un impôt spécial pour les non-musulmans
  • Fuir et tout abandonner
  • Ou bien rester et être exécuté « par le glaive ».
Depuis, la quasi-totalité des chrétiens a fui pour échapper aux persécutions. Nous sommes choqués de voir apposé une lettre les désignant comme nazaréen qui marque d’un sceau ces populations comme d'autres mettaient l'étoile jaune. Se déroulent des scènes de saccage des églises, des scènes d’exode à pieds où ils sont pillés, rançonnés, humiliés, qui nous rappellent l’horreur du génocide arménien. Cent ans après 1915, l’histoire bégaie, c’est dramatique !

Silence on tue ! Aujourd’hui, les chrétiens d’Orient sont en danger de mort et nous sommes les témoins silencieux de ce massacre annoncé. Selon l’Evangile de Saint-Luc,  « s’ils se taisent, les pierres crieront » mais il sera trop tard, et demain qui parlera l'Araméen? Qui parlera la langue du Christ ?

Ban Ki-Moon, secrétaire général de l’ONU a déjà affirmé que les actions intentées contre les chrétiens pouvaient être considérées comme un crime contre l’humanité. Je pense que se déroule sous nos yeux un véritable génocide.

Monsieur le Ministre, il y a trois semaines, vous nous demandiez de ne pas douter un seul instant de la voix et de l’action de la France à ce sujet. A ce jour, le Président de la République est pourtant l’un des seuls Chefs d’Etat à ne pas s’être exprimé sur les Chrétiens d’Orient.

Aussi je vous en conjure, chaque minute compte, que le silence de la France ne soit pas complice de ces crimes. Ne laissez pas la France faillir à son devoir historique et moral de protection des minorités chrétiennes d’Orient pour ne pas faire rougir l’Histoire !