mercredi 2 juillet 2014

Question écrite sur l'avenir de la SNCM

Mme Valérie Boyer attire l'attention de M. le secrétaire d'État, auprès de la ministre de l'écologie, du développement durable et de l'énergie, chargé des transports, de la mer et de la pêche, sur la situation dramatique de la SNCM et l'inquiétude grandissante dans laquelle le silence insoutenable du Gouvernement plonge toute la région de Marseille. 
Après des mois d'attente, la réunion finalement obtenue par les syndicats n'a hélas pas permis de rassurer. 
Au cours de la campagne des municipales, le Gouvernement s'était très fortement impliqué aux côtés du candidat du Parti Socialiste à Marseille, en prenant des engagements forts, notamment concernant le renouvellement de la flotte de la SNCM. 
Le besoin de construire de nouveaux navires a été acté en Conseil de Surveillance. Il s'agit de cargos mixtes, embarquant à la fois des passagers et du fret, et qui correspondent parfaitement à l'évolution du marché, notamment aux besoins de la desserte de la Corse, assurée par la SNCM en coopération avec la Méridionale, dans le cadre d'une nouvelle DSP. Si ces cargos doivent être mis en service progressivement, le 1er navire devait être commandé dès le 1er semestre 2014. Une mission concernant le financement de cette opération a été confiée à la Caisse des Dépôts et à la Banque Publique d'Investissement. Pour parachever le tableau, leur construction devait être confiée aux Chantiers Navals STX, situés à Nantes-Saint Nazaire. 
Ces promesses de campagne n'ont hélas pas été concrétisées. 
Tout juste élu Président de la Communauté Urbaine, le Député Guy Teissier a pris l'initiative de fédérer l'ensemble des parlementaires de Marseille, toutes tendances politiques confondues, dans une démarche auprès du Président de la République et du Premier Ministre. 
Malgré plusieurs relances, la réponse se fait toujours attendre. Or, l'activité de la SNCM pèse très lourdement dans l'économie du 1er Port de France. Au-delà des 2 600 emplois de la Compagnie, c'est tout un tissu de PME qui se trouve fragilisé : entreprises de manutention, services aux navires, chantiers de réparation navale, sous-traitants, le Grand Port Maritime lui-même… Tous sont lourdement affectés par les difficultés de la SNCM. 
A l'heure où l'Etat s'implique très fortement dans le dossier ALSTOM, à l'heure où est envisagée une entrée au capital de la Société ECOMOUV pour gérer la taxe sur les poids lourds, qui pourrait comprendre que ce même Etat ne joue pas un rôle actif pour sauver la SNCM dont il est le 2ème actionnaire, avec 25 % du capital ! 
Même si ce n'est pas le candidat du Gouvernement qui a été choisi par les Marseillais, la faillite de la SNCM n'est pas envisageable. 
Madame Valérie Boyer demande donc à Monsieur le Secrétaire d'Etat, quand l'Etat tiendra-t-il les engagements pris, afin de permettre à la SNCM de vivre et de se développer.