vendredi 17 octobre 2014

STOP à la haine et au matraquage fiscal envers les familles !

Dès 2015, les allocations de base seront divisées par deux à partir de 6.000 euros de revenus pour un foyer, et par quatre à partir de 8.000 euros.

Quoi qu’en dise l’Elysée, presque tous les ménages doivent aujourd’hui passer à la caisse.
Il faut ici rappeler que les allocations ne sont pas un revenu complémentaire, mais la compensation d'une charge, celle de l’éducation d’un enfant. C’est pourquoi elles ne sont pas distribuées en fonction des ressources, mais du nombre d’enfants.

Depuis plus de deux ans, le Gouvernement n’a de cesse de lancer des attaques répétées contre les familles en détruisant la politique familiale et en portant atteinte en premier lieu à l’autonomie des femmes. Chaque annonce du Gouvernement qui menace les femmes qui travaillent et chaque attaque anti-famille sont autant de gouttes d’eau d’un véritable supplice chinois pour les familles. Pourquoi déstabiliser ce qui marche bien et sert de socle à toute notre société surtout en période de crise ?

Pour les ménages à revenus modestes, cette mesure va alourdir la note déjà salée en 2013 et 2014.

Avec les nouvelles dispositions du PLFSS, le matraquage fiscal continu et  ce sont 4,5 milliards d’euros qui sont directement piochés dans les portefeuilles des familles : majoration des prestations familiales repoussée de 14 à 16 ans, création d’une tranche supplémentaire au complément de mode de garde, réduction du congé parental pour les mères, et il faut ajouter à cela toutes les hausses d’impôts !

Ne confondons pas tout : les allocations familiales qui doivent rester universelles et les prestations familles soumises à condition de ressources qui visent à répondre à des besoins ponctuels. Inclure des conditions de ressources reviendrait à mettre en place un système redistributif, ce qui est le cadre de l’impôt et non pas de la politique familiale. Je suis ainsi proprement scandalisée par la remise en cause de notre pacte républicain et du principe d’universalité sur lequel repose notre système depuis 1945.

Aujourd’hui on remet en cause le principe de solidarité pour la branche famille.
Demain pour la branche retraite est-ce la fin de la retraite par répartition.
Et pour la branche maladie, le gouvernement va-t-il bientôt proposer de rembourser les médicaments en fonction des revenus ?
A partir de 6 000€ par couple, devra-t-on diviser par 2 le remboursement des soins ?

Équilibrer la banche famille, cela signifie réduire son déficit de 1,7 milliard d’euros.
Pour réduire ce déficit pourquoi ne pas injecter dans la branche famille, les 73 millions d’euros supplémentaires promis à l’Aide Médicale d’Etat en 2015 dont le budget explose d’année en année.*


S’en prendre à la famille, c’est s’en prendre à l’avenir et l’avenir de mes enfants, moi, j’y tiens !!!