mardi 30 septembre 2014

Vers un nouveau sabotage gouvernemental de la famille ?



Dans le cadre du PLFSS 2015, le Gouvernement vient d’annoncer des mesures d'économies supplémentaires qui pourraient avoisiner le milliard d'euros pour la branche famille portant principalement sur la réduction du congé parental de deux ans à un an et la division par trois de la prime à la naissance à partir du deuxième enfant.

Je suis une fois de plus extrêmement heurtée par l’idéologie anti-famille du Gouvernement. Alors que la France est championne d’Europe de la natalité, ce qui lui confère un atout majeur sur le plan démographique, le Gouvernement cherche à déconstruire la politique familiale à travers la baisse du quotient familial, la réduction du congé parental et de la prime à la naissance, etc.

Une fois encore, cette mesure porte atteinte à l’indépendance des femmes. Les attaques contre les familles dans lesquelles les femmes travaillent sont trop nombreuses.

Je suis donc opposée à l’idée envisagée par le Gouvernement de ramener la durée du congé parental pour le deuxième enfant à celle pour le premier et je refuse la logique de destruction de la famille qui est actuellement à l’œuvre dans notre pays.
Alors que la politique familiale est la politique sociale qui fonctionne le mieux en France, le Gouvernement s’acharne alors qu’il y aurait beaucoup plus d’économies à réaliser dans la branche maladie.

En effet, avec une hausse naturelle des dépenses de santé de 3,2 milliards d’euros cette année, la branche maladie, avec 10,5 milliards d’euros de déficit prévus en 2015, pèse bien plus dans le budget de la sécurité sociale que la branche famille, qui après une légère détérioration, accuse un déficit de 3,2 milliards.

C’est donc bien le déficit de l’assurance maladie qu’il convient de corriger en portant une attention particulière au coût de l’AME.

En premier lieu, l’Aide Médicale d’Etat (AME), devrait selon la Ministre de la Santé Marisol Touraine, atteindre 700 millions d’euros en 2013 contre les 560 millions initialement budgétés. Au 31 mars 2013, le nombre de bénéficiaires s'établissait à 264.000 personnes.

Toutefois, nous ne disposons que de peu d’estimations officielles sur la hausse du nombre de bénéficiaires et du coût global de cette prestation depuis le début de l'année 2013. Pourquoi la représentation nationale n’est-elle pas associée à ces chiffres ? Nous ne comprenons pas le manque de transparence.

L'année dernière, l'opposition avait mis en garde le gouvernement sur les conséquences de la suppression du droit de timbre de 30 euros que devaient acquitter les étrangers en situation irrégulière afin de bénéficier de cette aide particulière.

Les personnes en situation irrégulière sont aujourd’hui mieux traitées et mieux soignées que celles bénéficiant d'un statut légal qui en profite gratuitement.

Stoppons la division de la France et des français et concentrons-nous sur les foyers de dépense et de déficit les plus importants.

vendredi 26 septembre 2014

Grande mobilisation pour les Chrétiens d'Orient !


Plus de 30 000 € récoltés pour les Chrétiens d'Orient et ceci grâce à vous ! Merci !

Cette soirée, représente le début d’une mobilisation grandissante qui ne saurait faiblir.

Grâce au déplacement de François Fillon en Irak, François Hollande a enfin décidé de s’occuper du massacre des Chrétiens d’Orient. Nous pouvons nous réjouir enfin de voir la mobilisation nationale et internationale en faveur des Chrétiens d’Orient. Erbil n’étant pas "the place to be", Valérie Boyer a choisi de ne pas se rendre en Irak et de préférer l’action à la couverture médiatique. L’urgence est en effet désormais d’apporter des aides concrètes pour la survie des populations.

Il ne s’agit pas de lancer une croisade. Mais déjà d’arrêter notre comportement béat et passif devant ces barbares qui veulent imposer leur charia sur toute la planète.

En Irak, la plupart des Chrétiens survivants et déplacés souffrent de l’extrême chaleur et souffriront du froid dans quelques mois. Il faut donc s’employer à leur faire parvenir médicaments, vêtements et denrées alimentaires, par le biais d’associations sérieuses telles que l’Œuvre d’Orient et Fraternité Irak qui collaborent avec les églises locales.

Sachez que nous avons d’ores et déjà récolté et centralisé des dons d’entreprises et de professionnels marseillais et que nous continuerons le temps qu'il faudra !




Valérie Boyer rend hommage aux Harkis




lundi 22 septembre 2014

Le défi Rouguière est lancé !


Valérie Boyer a eu le plaisir de remettre, vendredi 19 Septembre 2014, des dotations aux participants du défi Rouguière, lancé il y a 8 ans par l'association "Sport et Santé +", association présidée par André Méguerditchian.

En 2006, le Président de cette association, kinésithérapeute à la Rouguière, lance l'idée et le défi de faire courir ensemble des sportifs et des gens qui n'ont jamais fait de sport ou couru auparavant, du fait d'un handicap ou d'un accident de la vie. Aujourd'hui les entreprises participent également à cette belle aventure humaine !

Maurice Rey , adjoint au sport à l'époque, a pérennisé cet événement au sein de la Mairie des 11ème et 12ème arrondissements de Marseille.

Valérie Boyer participera cette année aux côtés de Maurice Rey, Laurence Luccioni, Sylvain Souvestre,Julien Ravier et de toutes les personnes motivées, aux 5km de la course Algernon dans le cadre du défi Rouguière.







vendredi 19 septembre 2014

La communauté arménienne perd sa doyenne

C’est avec une grande tristesse mais aussi beaucoup de respect et d’admiration que nous avons dit adieu à la grand-mère de toute la communauté arménienne, Madame Ovsanna Kaloustian, dont les obsèques ont été célébrées le mercredi 17 septembre 2014 en la cathédrale apostolique arménienne du Prado à Marseille.


Ovsanna Kaloustian était l’une des dernières rescapées du génocide des Arméniens en Turquie Ottomane perpétré en 1915 et la seule survivante en France du massacre d’Adabazar.

Toute sa vie durant, elle a porté sans relâche le témoignage du génocide qui, cent ans après les massacres, souffre toujours l’affront d’un négationnisme libéré.

Comme l’a très justement dit Monsieur Jacques Donabédian, « la doyenne des français d’origine arménienne s’est éteinte, était et restera à jamais une des preuves de la vitalité du peuple arménien après tant d’épreuves et un fort symbole du combat contre l’oubli et le négationnisme pour les générations futures. En elle on revivait le parcours douloureux de nos aïeux et les valeurs qu’ils ont réussi à nous transmettre malgré les vicissitudes.»


En effet, Ovsanna Kaloustian était la mémoire du génocide arménien, symbole de la lutte pour sa reconnaissance puis pour la pénalisation du négationnisme. Sa disparition intervient quelques mois avant le centenaire et je souhaiterais à titre posthume que la France apaise quelque peu ses souffrances en promulguant enfin une loi de pénalisation du négationnisme. J’ai déposé une proposition de loi en ce sens à l’Assemblée nationale et j’espère que son étude et son adoption permettront de lui rendre hommage en pénalisant la négation de l’horreur qu’elle a vécue.

Je renouvelle à tous ses proches et à tous les Arméniens de France mes plus sincères condoléances.

jeudi 18 septembre 2014

Discours d’ouverture de Valérie Boyer de la journée de la mobilité sur la Vallée de l’Huveaune




Monsieur Gouchon,
Monsieur De Peretti,
Cher Claude,
Chers élus,
Mes très chers amis,
                                             
C’est avec un grand plaisir que j’ouvre aujourd’hui cette journée dédiée à la mobilité, compétence à part entière en matière d’accès à l’emploi.

Cet enjeu majeur de l’aménagement du territoire en devient d’autant plus important que la construction de la métropole est en ordre de marche.

Dans ce cadre, le 11 septembre dernier, j’accueillais en mairie des 11ème et 12ème arrondissements une délégation d’élus et de décideurs, sous la présidence de Guy Teissier, nécessaire au lancement d’une réflexion commune et prospective débouchant sur la conception d’un projet de ville liant habitat et économie sur le territoire de la Vallée de l’Huveaune.

Pour la 1ère fois, des concertations et ambitions communes ont été menées, peu importe les orientations politiques.

Le secteur de la Vallée de l’Huveaune devient alors un « territoire de projets » dont les problématiques majeures sont l’organisation du système de transport, d’une part et la valorisation de ses potentialités économiques d’autre part tout en préservant le paysage qui constitue la qualité originelle de ce secteur.

Comme vous le savez, le chantier de la L2 a enfin repris. C’est vrai, je vous l’accorde ça a pris du temps mais ce délai était nécessaire aux études d’évaluation des nuisances sonores et environnementales afin que personne n’ait à souffrir d’une dégradation de sa qualité de vie.

Nous avons également eu le souci d’intégrer cette voie de désengorgement, indispensable à nos quartiers, dans le paysage urbain en créant des coulées vertes dont ce Parc de la Moline est l’exemple même et nous évite une véritable cicatrice urbaine, comme le Jarret, que personne ne voudrait voir sur notre secteur.

La création d’une voie de contournement, avec le Boulevard Urbain Sud, viendra parachever ce grand projet structurant de notre agglomération.

Les transports sont essentiels pour le développement et l’attractivité de nos arrondissements. Nous devons ainsi nous emparer de l’opportunité de la création des haltes ferroviaires autour de la 3ème voie Marseille-Aubagne.

Mon Adjoint aux Transports, Frédéric Dournayan, ici présent, a su rester vigilant sur l’avancement de ce projet afin de sécuriser les futures gares de La Pomme, La Barasse et Saint-Marcel.

Dans les combats que je mène, je souhaite obtenir de l’Etat l’accord de la création d’une sortie d’autoroute à la Valentine en venant d’Aubagne (A50) qui permettra une amélioration de la mobilité.

Nous serons bien évidemment attentifs à ce que les structures existantes soient améliorées et que les nouveaux aménagements répondent aux normes environnementales et aux avancées technologiques dans ce domaine.

J’espère que ces projets vont redynamiser et renforcer l’attractivité de notre secteur. C’est déjà le cas car nos arrondissements gagnent des habitants chaque année et je me réjouis de voir qu’un nombre grandissants d’enfants naissent et grandissent dans nos quartiers.

Le projet de ré-industrialisation et réhabilitation de la Vallée de l’Huveaune que nous menons aux côtés de MPM, devrait, d’ici 20 ans permettre la création de 80 000 emplois et tout autant de logements.

Comme aimait à le dire l’écrivain français George Bernanos :
 « On n'attend pas l'avenir comme on attend un train. L'avenir on le fait. »

Alors avançons et innovons pour plus de coordination et de cohérence sur nos arrondissements.

Merci à tous !





mercredi 17 septembre 2014

Marseille, Capitale Européenne du Sport en 2017


Valérie Boyer encourage le Club de Football Féminin : le FAMF



Valérie Boyer s’est rendue au stade des Caillols à la rencontre du club FAMF (Football Association Marseille Féminin) pour le coup d'envoi du premier match de championnat contre l'équipe de Monteux.

Fondé en 1970 sous le nom de Celtic de Beaumont puis de Celtic de Marseille, le club aujourd’hui appelé le FAMF est le club phare de Marseille en matière de football féminin. Tant sur les plans historiques que sportifs.

Véritable rampe de lancement, il est reconnu dans le monde fédéral comme un générateur de talents par lequel sont passées des joueuses de renommée internationale, telles que Louisa NECIB (Olympique Lyonnais) et Caroline PIZZALA (PSG) ou encore Elodie RAMOS (Montpellier) et Jessica HOUARA (PSG).

Avec près de 140 licenciées, le club possède l’un des plus gros vivier de joueuses de la région et se place dans le top 10 national !

On croise les doigts pour que cette année le FAMF soit en D1 !


Elle a souhaité également rendre hommage à Yves Roche, qui a contribué pendant des années à la réussite de ce club.



mardi 16 septembre 2014

Marseill'EST (septembre 2014)

Découvez le journal de la Mairie des 11e et 12e arrondissements de Marseille (édition septembre 2014)



A télécharger ici : Marseill'EST Septembre 2014

vendredi 12 septembre 2014

« Chrétiens d’Orient : en parler c’est bien, agir c’est mieux ! »



Grâce au déplacement de François Fillon en Irak, François Hollande a enfin décidé de s’occuper du massacre des Chrétiens d’Orient. Valérie Boyer avait interpelé le Gouvernement à ce sujet lors d’une séance de questions le 23 juillet à l’Assemblée nationale et se réjouit de voir la mobilisation nationale et internationale en faveur des Chrétiens d’Orient. Erbil n’étant pas "the place to be", Valérie Boyer a choisi de ne pas se rendre en Irak et de préférer l’action à la couverture médiatique. L’urgence est en effet désormais d’apporter des aides concrètes pour la survie des populations.

Afin de récolter des dons, Valérie Boyer organise une grande soirée caritative au bénéfice des Chrétiens d’Orient qui fera appel à la générosité et à la solidarité des Marseillais. Celle-ci aura lieu au Château de la Buzine, dans le 11ème arrondissement de Marseille, le mercredi 24 septembre à partir de 18h30, et résonnera des chants en araméen, langue du Christ, de la Chorale de Notre-Dame de Chaldée. Les droits d’entrée de 15€ seront intégralement reversés sous forme de dons aux associations (déductibles fiscalement).

En Irak, la plupart des Chrétiens survivants et déplacés souffrent de l’extrême chaleur et souffriront du froid dans quelques mois. Il faut donc s’employer à leur faire parvenir médicaments, vêtements et denrées alimentaires, par le biais d’associations sérieuses telles que l’Œuvre d’Orient et Fraternité Irak qui collaborent avec les églises locales. Valérie Boyer a déjà récolté et centralisé des dons d’entreprises et de professionnels marseillais.

A Marseille, certaines familles de réfugiés seront accueillies par des familles marseillaises. Il nous faudra organiser leur hébergement dans les meilleures conditions : en leur offrant un accueil chaleureux et le respect qui leur est dû. Ainsi, une cellule psychologique adaptée aux victimes de génocide pourra leur être proposée, ce que s’emploie à mettre en place Valérie Boyer avec des professionnels de santé marseillais volontaires. Enfin, ce dimanche 14 septembre à 10h30,  elle assistera à la messe célébrée en l’église Notre-Dame de Chaldée et déjeunera sur place en compagnie des élus de la Mairie de secteur, à l’invitation des paroissiens.

« En parler c’est bien, agir c’est mieux ! » alors soyez nombreux le 24 septembre pour venir en aide aux Chrétiens d’Orient !


Un nouveau visage pour la Vallée de l'Huveaune

Un nouveau visage pour la vallée de l'Huveaune par Medias du Sud


Une réunion de travail s'est tenue à la Mairie des 11e et 12e arrondissements, jeudi 11 septembre 2014, autour du schéma de développement de la Vallée de l’Huveaune, en partenariat avec la Ville de Marseille, les élus locaux, MPM et l’agglomération d’Aubagne.

Étaient présents pour l’occasion : Guy Teissier (Président de MPM) et de Valérie Boyer, mais aussi de Dominique Tian, Laure-Agnès Caradec, Lionel Royer-perreaut, Didier Parakian, Pierre Mingaud (Maire de la Penne sur Huveaune) et de nombreux élus du secteur.

Leur objectif est de faire converger nos orientations entre les différents secteurs autour d’une dynamique commune.

De Marseille, à Aubagne, en passant par la Penne sur Huveaune et Gémenos, nous devons exploiter le potentiel de la Vallée de l’Huveaune tout en préservant l’Environnement et les PME.

Valérie Boyer continue de défendre aujourd’hui, les projets qui lui tiennent à cœur depuis des années : le pôle multimodal de la Barasse comprenant une gare TER, un parking et un réseau de bus, autour de la 3e voie Marseille-Aubagne ; aménagement des berges de l’Huveaune ou encore l’implantation d’un « Euromed III ».


Nous devons continuer d’innover, avec l’ensemble des partenaires afin de redynamiser nos noyaux villageois !





mercredi 10 septembre 2014

Réaction de Valérie Boyer suite à la relaxe des Femen


  Neuf membres du groupe des Femen étaient poursuivis pour avoir dégradé une cloche de Notre Dame de Paris, le 13 février 2013. Alors que des milliers de personnes étaient réunies, ces femmes, avaient une fois de plus troublé l’ordre public en attaquant nos valeurs, nos racines et notre Histoire à l’occasion du jubilé des 850 ans de Notre-Dame de Paris.

  La Justice a décidé ce mercredi de les relaxer mais de condamner les trois surveillants de la cathédrale. Je ne peux que regretter ce jugement qui incite les Femen ou toute autre personne à continuer ces actes de vandalisme dans l’ensemble des lieux de culte, et notamment dans nos Eglises,  renforçant par la même un véritable droit au blasphème !

  Malheureusement, cette décision va dans le sens du Gouvernement, qui, par son silence à ma question écrite du 31 décembre 2013 sur le financement des FEMEN[1] et par sa volonté de créer un timbre à l’effigie d’une militante de leur mouvement, envoie un véritable message de tolérance envers les Femen et encourage ainsi tous les provocateurs.

  Ces profanations obscènes de lieux sacrés démontrent l'irrespect de ces femmes pour les croyances intimes des personnes, leur déni de la liberté de conscience et leur goût de la provocation qui ne semble étonnamment pas, une fois de plus, attiser les foudres de la justice française. Les agressions répétées de Femen à l'encontre des chrétiens et des religions monothéistes en général dont elles n'apprécient pas la simple existence constituent de véritables compétitions de démonstrations plus choquantes les unes que les autres.

  Si ces méthodes laissent indifférents les médias et une grande partie de la classe politique, nombreux sont nos concitoyens qui sont simplement scandalisés et expriment leur mécontentement.

  Il ne s’agit pas de tout autoriser ou de tout interdire. La liberté d’expression comme ses limites, doivent être protégées. La liberté ne s’affranchit pas de la légalité et il appartient au gouvernement de prendre ses responsabilités en autorisant la représentation nationale à fixer le cadre et les limites de la liberté d’expression qui est une liberté relative et non absolue, qui doit respecter les croyances de tous.

  Il est intolérable que, dans notre Etat de Droit, la justice délivre de véritables permis de profaner nos lieux de culte !

Valérie Boyer
Députée UMP des Bouches-du-Rhône
Maire des 11e et 12e arrondissements de Marseille
Conseillère communautaire
Secrétaire de l’Assemblée Nationale

mardi 2 septembre 2014

Proposition de loi visant à réprimer la négation des génocides et des crimes contre l’humanité du XXème siècle

A l’heure où nous nous apprêtons à commémorer le centenaire du génocide arménien, aucune loi ne permet encore en France de réprimer le négationnisme des génocides et crimes contre l’humanité, à l’exception de la Shoah. Alors que deux génocides sont reconnus officiellement par la France, la Shoah et le Génocide arménien de 1915 (reconnu par la loi du 29 janvier 2001), seule la négation de la Shoah est à ce jour sanctionnée par la loi Gayssot, instaurant ainsi une concurrence des mémoires. Cette situation injuste doit cesser, tant pour la pénalisation de la négation du génocide de 1915 que pour celle des autres génocides que la France souhaitera reconnaître.

J’avais déjà en 2011 proposé un texte de loi s'inspirant du droit communautaire sur la lutte contre le racisme et la répression des génocides reconnus par la loi Française dont le génocide arménien. Cette proposition de loi avait été adoptée par tous les groupes de l'Assemblée nationale comme du Sénat le 23 janvier 2012. Malheureusement, elle a fait l’objet d’une censure du Conseil Constitutionnel, au motif que le négationnisme relevait de la liberté d'expression, mettant fin à cette tentative de pénalisation du négationnisme.

Pourtant, l’opportunité de réprimer le négationnisme de tous les génocides et crimes contre l’humanité fait écho à une actualité brûlante, dans le contexte des persécutions contre les Chrétiens d’Orient en Irak notamment, qualifiées par Ban Ki-Moon de crimes contre l’humanité.

Il s'avère nécessaire et urgent de légiférer afin de proposer une nouvelle qualification du négationnisme. Je me suis ainsi appliquée à travailler à la rédaction d’une version alternative et innovante, fruit de la réflexion que j’ai menée avec Maître Bernard Jouanneau, avocat et éminent spécialiste du délit de négationnisme, en s'inspirant de l'idée défendue depuis plusieurs années par Maître Sévag Torossian, notamment dans son ouvrage "Vous n'existez pas". C'est pourquoi je propose que le négationnisme ne soit plus considéré par la loi comme un simple abus de la liberté d’expression réprimé par la loi du 29 juillet 1881 mais qu'il prenne toute la place qu'il mérite dans le Code pénal, au chapitre consacré aux crimes contre l'humanité.

Ceci présente un double avantage : sortir de l'impasse juridique opposée par le Conseil Constitutionnel sur la liberté d'expression et protéger tous les génocides reconnus par notre droit.

C’est donc un dispositif législatif enrichi que je propose à la cosignature de mes collègues députés, une loi apolitique visant l’intérêt général, qui s’affranchit des considérations partisanes. Ce texte a vocation à l’universalité car il protège tous les génocides reconnus par la loi française et s’inscrit dans le respect des Droits de l’Homme. Je souhaite que l'examen de cette proposition de loi intervienne prochainement car cette cause me tient particulièrement à cœur mais elle est surtout indispensable à notre engagement et notre droit.