mardi 28 octobre 2014

Valérie Boyer : "Je fais le choix de Nicolas Sarkozy"

Nicolas Sarkozy sera à Marseille pour un meeting ce mardi 28 octobre. J’ai décidé de lui apporter mon soutien pour la présidence de l’UMP.

J’ai voulu prendre le temps de la réflexion car nous arrivons dans une période où nous ne pouvons plus nous permettre de nous diviser, au contraire, nous devons plus que jamais faire les bons choix. Je suis convaincue que Nicolas Sarkozy, sera capable de continuer les réformes internes souhaitées par François Fillon et de fédérer l’UMP sans mettre à l’écart les talents qui la composent. Je respecte, cependant, l’engagement d’Hervé Mariton et de Bruno Le Maire, qui mènent une belle campagne interne, mais Nicolas Sarkozy donnera une nouvelle dynamique à l’UMP.

De plus, il a réaffirmé sa volonté de garantir des primaires ouvertes pour les élections présidentielles et de refonder totalement l’UMP. Il est urgent de créer, un parti plus moderne sans oublier de redonner la parole à nos militants.

Je tiens par ailleurs à les rassurer, mon soutien ne remet pas en cause ma liberté de choix pour 2017. Je resterai la garante de l’unité de notre parti. En effet, je veillerai à ce que chacun s’exprime librement dans ma circonscription comme je l’ai toujours fait.

Je souhaite, que nous œuvrions tous ensemble à la reconstruction de la droite française et que nous remportions une large victoire pour les élections départementales et régionales !

Les français ont besoin de nous. Ne ratons pas ce rendez-vous.

vendredi 24 octobre 2014

Le savon de Marseille attend toujours le décret qui permettra sa protection

Hier, nous avons appris que Laguiole, membre du Collectif des Indications Géographiques pour les produits industriels et artisanaux, dont sont également membres le Savon de Marseille, la Porcelaine de Limoges ou encore la Dentelle du Puy, va récupérer officiellement l’usage de son nom. A Marseille, à cause de l’inertie du Gouvernement, nous attendons depuis plus de sept mois la parution d’un décret qui permettra à notre savon d’être enfin protégé.

La loi sur la consommation du 18 mars 2014 a étendu le dispositif des IG aux produits industriels et artisanaux afin  d’assurer une protection juridique aux filières locales françaises et une garantie pour les consommateurs.

Il est incompréhensible que la parution du décret d’application de cette disposition prenne autant de temps. Alors que tout laissait à penser que le savon de Marseille aurait fait l'objet d'un décret d’application rapide grâce à une bonne coordination des savonniers et une charte déjà rédigée, nous n’avons aucune réponse du Gouvernement quant à son inaction sur le sujet malgré le courrier que j’ai adressé à la Secrétaire d’Etat à l’Artisanat.

J’ai été la première à défendre de la protection du savon de Marseille et la ténacité et la persévérance ont été récompensées. En effet, cela fait désormais plus de trois ans que je me suis investie sur le plan législatif pour le savon de Marseille à travers des questions écrites, une proposition de loi visant à créer un dispositif d’enregistrement des indications géographiques pour les produits industriels, des rencontres avec le Ministre Frédéric Lefebvre et avec les savonniers de Marseille, Bernard Demeure (Compagnie des Détergents et du Savon de Marseille), Gilbert Latour (Savonnerie du Midi) et Julie Bousquet-Fabre (Union des professionnels du savon de Marseille).

Sauver le savon de Marseille, c’est sauver l’identité de toute une région et c’est également sauver des emplois. Les savonniers attendent et de nombreux emplois sont en jeu, le Gouvernement va-t-il prendre le risque que son inaction le rendre coupable de la destruction d’emplois dans un contexte économique déjà dégradé ?

mardi 21 octobre 2014

Question au Gouvernement de Valérie Boyer sur l'Aide Médicale d'Etat



Monsieur le 1er  ministre,
Mes chers collègues,

Avec 12,5 milliards d'euros au lieu des 9,5 milliards votés lors du dernier budget, le déficit de la sécurité sociale dérape et est plus important que prévu. Le 3 juin dernier, Marisol Touraine répondait aux sénateurs sur l’AME, cette prestation qui permet aux étrangers en situation irrégulière de se faire soigner en France,  et avouait enfin :

- Que le budget alloué s'est bel et bien envolé, passant de 588 à 744 Millions d’euros en un an, le tout lié au bond du nombre de bénéficiaires dont on ne connait le chiffre exact.

- Que la hausse de la fraude à l’AME est massive. Des fraudes tellement importantes que le journal  Le Parisien y a consacré un dossier spécial.

En effet, pour des motifs idéologiques, vous avez supprimé le timbre instauré en 2011, à la demande de Dominique Tian, par François Fillon.

Ce timbre avait pourtant permis une réduction de deux-cent mille bénéficiaires de l’AME.

De nos jours, un clandestin capable de justifier de sa présence sur le territoire depuis trois mois, est pris en charge à 100 % alors qu’une personne qui cotise toute sa vie à la Sécurité sociale n’est prise en charge qu’à 70 % pour ses consultations et entre 15 % et 65 % pour les médicaments.

Alors que mon collègue, Claude Goasguen, peine à rédiger, faute d’informations, un rapport chiffré sur l’AME, vous décidez tout de même d’augmenter de plus de 73 millions d’euros le budget global de l’AME.

Sur quelle base, puisque vous ne voulez pas nous donner des chiffres? !

A ce rythme-là, le budget de l’AME atteindra le milliard d’euros en 2016 !

Mais ça ne s’arrête pas là !

De nombreux étrangers en situation irrégulière n’attendent désormais qu’une chose : leur régularisation et le passage de l’AME à la CMU-C qui en plus de la gratuité des frais de santé, engendre de nombreux avantages tels que la gratuité des transports, EDF, le Gaz …

Dans le même temps, le nombre de bénéficiaires de la CMU-C a flambé. Entre 2012 et 2013, c’est plus d’un million de personnes supplémentaires qui en ont bénéficié passant alors de 5 millions à 6,3 millions. 

La clandestinité est désormais la porte d’entrée aux 80 milliards d’aides et prestations sociales !

Dans ce système devenu injuste et fou, ce sont encore les classes moyennes, celles qui cotisent, qui bénéficient le moins de notre système de solidarité français.

Alors je vous le demande Monsieur le premier ministre, quand allez-vous agir en toute transparence sur l’AME et redonner la fierté aux familles d’être en France et en situation régulière ? 

vendredi 17 octobre 2014

STOP à la haine et au matraquage fiscal envers les familles !

Dès 2015, les allocations de base seront divisées par deux à partir de 6.000 euros de revenus pour un foyer, et par quatre à partir de 8.000 euros.

Quoi qu’en dise l’Elysée, presque tous les ménages doivent aujourd’hui passer à la caisse.
Il faut ici rappeler que les allocations ne sont pas un revenu complémentaire, mais la compensation d'une charge, celle de l’éducation d’un enfant. C’est pourquoi elles ne sont pas distribuées en fonction des ressources, mais du nombre d’enfants.

Depuis plus de deux ans, le Gouvernement n’a de cesse de lancer des attaques répétées contre les familles en détruisant la politique familiale et en portant atteinte en premier lieu à l’autonomie des femmes. Chaque annonce du Gouvernement qui menace les femmes qui travaillent et chaque attaque anti-famille sont autant de gouttes d’eau d’un véritable supplice chinois pour les familles. Pourquoi déstabiliser ce qui marche bien et sert de socle à toute notre société surtout en période de crise ?

Pour les ménages à revenus modestes, cette mesure va alourdir la note déjà salée en 2013 et 2014.

Avec les nouvelles dispositions du PLFSS, le matraquage fiscal continu et  ce sont 4,5 milliards d’euros qui sont directement piochés dans les portefeuilles des familles : majoration des prestations familiales repoussée de 14 à 16 ans, création d’une tranche supplémentaire au complément de mode de garde, réduction du congé parental pour les mères, et il faut ajouter à cela toutes les hausses d’impôts !

Ne confondons pas tout : les allocations familiales qui doivent rester universelles et les prestations familles soumises à condition de ressources qui visent à répondre à des besoins ponctuels. Inclure des conditions de ressources reviendrait à mettre en place un système redistributif, ce qui est le cadre de l’impôt et non pas de la politique familiale. Je suis ainsi proprement scandalisée par la remise en cause de notre pacte républicain et du principe d’universalité sur lequel repose notre système depuis 1945.

Aujourd’hui on remet en cause le principe de solidarité pour la branche famille.
Demain pour la branche retraite est-ce la fin de la retraite par répartition.
Et pour la branche maladie, le gouvernement va-t-il bientôt proposer de rembourser les médicaments en fonction des revenus ?
A partir de 6 000€ par couple, devra-t-on diviser par 2 le remboursement des soins ?

Équilibrer la banche famille, cela signifie réduire son déficit de 1,7 milliard d’euros.
Pour réduire ce déficit pourquoi ne pas injecter dans la branche famille, les 73 millions d’euros supplémentaires promis à l’Aide Médicale d’Etat en 2015 dont le budget explose d’année en année.*


S’en prendre à la famille, c’est s’en prendre à l’avenir et l’avenir de mes enfants, moi, j’y tiens !!!

mercredi 15 octobre 2014

Le combat pour les Chrétiens d'Orient continue !



Valérie Boyer a animé ce mercredi 15 Octobre 2014, à l'Assemblée Nationale, avec Valérie Pécresse et Véronique Besse, une table ronde pour les Chrétiens d'Orient.

Les principales associations nationales impliquées dans leur secours humanitaire étaient présentes (Œuvre d’Orient, AEMO, Ordre de Malte, Croix rouge ou encore Secours catholique) afin de faire le point sur la situation sur place, les principales actions qu’elles conduisent ainsi que les besoins qu’elles identifient à ce jour.

Pour rappel, la soirée caritative organisée par Valérie Boyer, il y a quelques semaines, a permis de récolter, grâce à de nombreux donateurs, plus de 30 000 euros, destinés aux Chrétiens d'Orient, afin de répondre à des besoins humanitaires et matériels (nourriture, eau, vêtements, médicaments...).  Nous avons également récolté et centralisé des dons d’entreprises et de professionnels marseillais et nous continuerons le temps qu'il faudra !

Il ne s’agit pas de lancer une croisade, mais d’arrêter notre comportement béat et passif devant ces barbares qui veulent imposer leur charia sur toute la planète.

mardi 14 octobre 2014

Participation record pour la course de l'Algernon


Valérie Boyer a participé cette année à la Course Nationale de l'Intégration (Course de l'Algernon) aux côtés des élus et de plus de 4000 participants !
Cette course a été initiée par l'association l'Algernon, affiliée à la Fédération Française de Sport Adapté, qui a pour objectif l’intégration sociale des personnes en situation de handicap mental, moteur ou sensoriel, en priorité par le sport et par des activités physiques et culturelles.
Elle permet chaque année de faire courir ensemble des sportifs et des gens qui n'ont jamais fait de sport ou couru auparavant, du fait d'un handicap ou d'un accident de la vie.

" Respect, Humilité, Coopération, Tolérance, et Solidarité " sont les maitres-mots de cette belle aventure humaine ! 




samedi 11 octobre 2014

La L2 avance !



Valérie Boyer a organisé vendredi 10 Octobre 2014, en Mairie de secteur, une réunion de présentation des aménagements de la L2, en présence des représentants de la DREAL, de MPM, de la Ville de Marseille, de Monsieur Jean-Louis BARBERIS, Vice-Président de la Confédération des CIQ des 11/12 et de nos élus de secteur.

Sur nos arrondissements, la L2 relie le parc de la Moline à l’échangeur Florian en traversant nos quartiers : La Fourragère, Saint-Jean-du-Désert, La Parette et La Pomme.

L’objectif est de créer une coulée verte qui privilégie les modes de circulation doux et les déplacements des personnes à mobilité réduite avec la création de rampes d’accès. Des jardins familiaux seront également aménagés et l’échangeur Florian végétalisé.

Bien entendu, nous serons vigilants à ce que soient créés les stationnements nécessaires adaptés à l’envergure du tracé.
Nous veillerons également à assurer la sécurité du parcours en installant notamment un éclairage suffisant.


Retrouvez le tracé complet de la L2 dans la vidéo suivante : http://www.l2-marseille.com/chantier/rocade-l2-marseille.html

vendredi 10 octobre 2014

Valérie Boyer s'exprime à MPM sur la Géographie Prioritaire

Valérie Boyer a souhaité s’exprimer ce jeudi 09 Octobre 2014 sur la révision de la géographie prioritaire, à l'occasion de la séance communautaire MPM.

Retrouvez en intégralité son intervention.






Manifestation de soutien aux minorités




Valérie Boyer a participé à la manifestation de soutien aux minorités Chrétiennes, Yézidis et Kurdes en Irak et en Syrie, ce mardi 7 octobre devant l'Assemblée Nationale.

L’actualité démontre une fois de plus l’urgence de l’adoption d’une loi pénalisant le négationnisme des génocides et crimes contre l’humanité. Les persécutions contre les Chrétiens d’Orient, particulièrement tragiques et choquantes en Irak notamment, rappellent à nos mémoires le souvenir douloureux du génocide des Arméniens, près de cent ans après les faits.

En 1990, l’historien Yves Ternon écrivait dans son ouvrage Du négationnisme : mémoire et tabou : « La négation est tissée avec le génocide. En même temps qu’il prépare son crime, l’auteur du génocide  met au point la dissimulation de ce crime ».

L’extraction de la loi sur la presse des poursuites concernant les négationnistes est le seul moyen de redonner à ce délit sa vraie place dans le code pénal, au chapitre des "Atteintes à la dignité de la personne humaine".

Cette entreprise ne peut être menée que si l’on se résout enfin à traiter le négationnisme comme un délit contre l’humanité et non pas comme un simple abus de la liberté d’expression.
En l'état actuel, la loi Gayssot n'est pas à l'abri d'une Question Prioritaire de Constitutionnalité qui la déclarerait inconstitutionnelle et il faut prendre la précaution de lui épargner cette épreuve.

C’est tout l’enjeu de ma proposition de loi qui ne doit pas consister simplement à ajouter quelques pierres à l’édifice en incorporant les autres génocides, en particulier le génocide arménien, à la législation existante qui est menacée. Il s’agit en revanche de proposer une nouvelle qualification du négationnisme qui ne soit plus traité comme un simple abus de la liberté d’expression mais comme une infraction qui s’inscrit dans le prolongement des lois et conventions internationales incriminant les génocides et tous les crimes contre l’humanité en assurant une assise législative à la Dignité de la Personne Humaine.

Alors que nous nous apprêtons à commémorer le centenaire du génocide arménien, les scènes atroces qui se déroulent sous nos yeux en Orient à l’encontre des Chrétiens constituent déjà un crime contre l’humanité dont nous ne pourrons accepter le négationnisme. Ne l’oublions pas, le génocide assyrien a eu lieu durant la même période et dans le même contexte que le génocide arménien et des Grecs pontiques.

Les dernières estimations sur le nombre total de morts révisent les chiffres au nombre plus réaliste de 500 000 à 750 000 morts représentant environ 70 % de la population assyrienne de l'époque.
La population assyrienne du nord de la Mésopotamie avait alors été déplacée de force et massacrée par les forces ottomanes (turques) et les forces kurdes entre 1914 et 1920.


Il est donc nécessaire et urgent de légiférer afin que la négation des génocides et des crimes contre l’humanité soit réprimée.



jeudi 9 octobre 2014

Politique familiale du Gouvernement et PLFSS 2015 : supplice chinois pour les familles

La Ministre des Affaires sociales a présenté son projet de la loi de finances de la Sécurité sociale pour 2015 et persiste dans les erreurs du Gouvernement à savoir le matraquage fiscal des familles et les coupes budgétaires dans la politique familiale. Avec les nouvelles dispositions du PLFSS, ce sont 4,5 milliards d’euros qui sont directement piochés dans les portefeuilles des familles : majoration des prestations familiales repoussée de 14 à 16 ans, création d’une tranche supplémentaire au complément de mode de garde, réduction du congé parental pour les mères, division par trois de la prime de naissance à partir du 2e enfant, et il faut ajouter à cela toutes les hausses d’impôts !

Les enfants et leurs familles, particulièrement les plus vulnérables, ne doivent pas faire les frais de la crise et doivent au contraire être mieux protégés pour faire face aux difficultés socioéconomiques. Je suis scandalisée par la stratégie actuelle du Gouvernement qui consiste à attaquer les familles et à leur faire payer l’insuffisance économique de notre pays.

Quant à l’annonce du Président du groupe socialiste de vouloir moduler les allocations familiales en fonction des revenus, il faut ici rappeler que les allocations ne sont pas un revenu complémentaire, mais la juste compensation d'une charge, celle de l’éducation d’un enfant. C’est pourquoi elles ne sont pas distribuées en fonction des ressources, mais du nombre d’enfants.

Il ne faut pas tout confondre : les allocations familiales qui doivent rester universelles et les prestations familles soumises à condition de ressources qui visent à répondre à des besoins ponctuels. Inclure des conditions de ressources reviendrait à mettre en place un système redistributif, ce qui est le cadre de l’impôt et non pas de la politique familiale. Je suis ainsi proprement scandalisée par la remise en cause de notre pacte républicain et du principe d’universalité sur lequel repose notre système depuis 1945.

Depuis plus de deux ans, le Gouvernement n’a de cesse de lancer des attaques répétées contre les familles en détruisant la politique familiale et en portant atteinte en premier lieu à l’autonomie des femmes. Chaque annonce du Gouvernement qui menace les femmes qui travaillent et chaque attaque anti-famille sont autant de gouttes d’eau d’un véritable supplice chinois pour les familles. Pourquoi déstabiliser ce qui marche bien et sert de socle à toute notre société surtout en période de crise ?

Rien n’est fait en revanche pour lutter contre les pensions alimentaires impayées qui sont une véritable violence économique faite aux femmes. Je rappelle que 40% des pensions alimentaires restent impayées, totalement ou en partie, alors qu’elles représentent en moyenne 20 % du budget d’une famille monoparentale.

Les CAF, c’est-à-dire les contribuables, n’ont pas à se substituer au parent défaillant pour le paiement des pensions alimentaires et il convient désormais de prévoir la sanction effective du mauvais payeur plutôt que sa déresponsabilisation, comme je l’avais proposé en 2012[1].

mardi 7 octobre 2014

"Le corps ne s'achète pas !" Valérie Boyer réaffirme son opposition à la GPA




Plus d’un an après le vote de la loi autorisant le Mariage pour Tous, j’ai tenu à participer, ce dimanche, à Paris, à la « Manif pour Tous » réunissant plus de 500 000 personnes. Ces milliers de français sentent leur civilisation en danger et souhaitent défendre la famille, en s’opposant à la Gestation Pour Autrui (GPA).

La « circulaire Taubira », du 25 Janvier 2013, facilitant la délivrance des certificats de nationalité pour les enfants nés à l’étranger d’une procédure de Gestation Pour Autrui, constitue une porte d'entrée à l'acceptation de la GPA.  Outre le fait qu'il est complétement paradoxal de légaliser un acte commis à l'étranger mais prohibé en France, le risque principal est de voir se développer un tourisme procréatif. J’ai cosigné, cet été, une proposition de loi de mon collègue Jean Leonetti, visant à renforcer les sanctions à l'encontre des agences qui organisent ce trafic d'être humain et punir les personnes qui ont recours à cette pratique illicite. Il serait intéressant de demander au comité consultatif national d'éthique de s'exprimer sur ce sujet fondamental à l'heure où l'Allemagne, par exemple, a clairement pris position en ne reconnaissant ni la GPA, ni la parentalité acquise par GPA à l'étranger.

                Le flou juridique qui entoure la GPA en France conduit les différentes juridictions à se prononcer au cas par cas, ce qui menace la stabilité du dispositif. Ainsi, le 26 juin 2014, la Cour européenne des droits de l'Homme condamnait la France car la Cour de cassation s'était opposée à ce que les filiations issues de conventions organisées aux États-Unis soient transcrites sur l'état civil français. Au-delà du cadre de la légalité, la protection et l'inaliénabilité de la personne humaine sont essentiellement remises en cause, révélant une grave inflexion déontologique. Les contrats de « mères porteuses » font de la femme et de l'enfant des objets de commerce.

Les mères porteuses étrangères, il faut le rappeler, ne louent pas leur ventre dans un geste altruiste et généreux mais parce qu'elles sont dans une situation de précarité et de pauvreté extrêmes, constituant ainsi, une forme d’esclavage moderne.  Notre Etat de droit se doit de combattre toutes formes d’esclavage et non de les aménager !  Nous nous devons de protéger ces femmes. Libéraliser la GPA reviendrait à se servir de leur misère et de leur détresse  à l’image du trafic d’organes où des individus exploitent la précarité des personnes vulnérables.


                Où sont les féministes ? Où va la France pays des Droits de l'Homme ?  Le corps ne s’achète pas et  ne peut être vendu en pièces détachées ! A fortiori, lorsque l’espérance d’une rémunération se trouve être l’unique motivation de ces femmes en situation de précarité. Lorsqu’il s’agit du respect du corps humain, comme l’a écrit Walt Whitman : « Si quelque chose est sacré,  le corps humain est sacré ».




mercredi 1 octobre 2014

Valérie Boyer au côté de la Communauté Juive pour Shana Tova !


Valérie Boyer était au côté de la communauté juive samedi 27 septembre 2014 à Or Aviv et lundi  29 septembre 2014 à la grande synagogue de Marseille, à l'occasion des voeux de Shana Tova !

Elle a tenu à exprimer ses vœux à l’ensemble de la communauté juive :

Chère amie, Cher ami,
A l’occasion de Roch Hachana « Tête de l’année », et de Yom Kippour « Le Grand Pardon », j’adresse mes meilleurs vœux à chacune et chacun, au sein de la communauté juive, pour cette année 5775.
Ces journées de réflexion et de prière donnent une nouvelle chance à chacun, de reconsidérer sa vie et d’appréhender la nouvelle année.
La tradition juive nous enseigne que l’une des tâches qui nous attend, en cette période de l’année, consiste à faire preuve de réconciliation et à formuler des vœux d’espoir.
L’espoir d’une avancée de la paix dans le monde, notamment entre Israël et le Proche-Orient. Je reste convaincue que la tolérance et le respect mutuel des communautés, l’emporteront sur la haine et l’antisémitisme, en France et partout dans le monde.
Enfin, je souhaite exprimer toute ma compassion envers ceux qui souffrent et je renouvelle ma considération et mon estime à la communauté juive.
Encore tous mes vœux les plus sincères et les plus chaleureux de Chana Tova.
Que vous soyez inscrits pour de longues années sur « le Livre de la Vie » ! 


Valérie Boyer