mardi 9 juin 2015

Manifestation à Lyon contre la GPA


J’étais présente, ce lundi 08 juin 2015, avec Sens Commun, la Manif Pour Tous, mon collègue Philippe Cochet (député de Lyon), Anne Lorne (responsable Sens Commun Sud-Est) et près de 1000 Lyonnais, devant le palais de justice de Lyon, pour les soutenir dans leur combat contre la GPA.

Depuis quelques temps, la généralisation de la gestation pour autrui (GPA) s’accélère. La liste des pays l’autorisant est déjà longue : Canada, Afrique du Sud, Argentine, Brésil, Arménie, Corée du Sud, Hong-Kong, Iran, Israël, Thaïlande, Russie, Nouvelle-Zélande, Grèce … et cette liste s’allonge régulièrement.

Les mères porteuses, un marché juteux évalué aujourd’hui à 3 milliards de dollars environ par an, qui profite grassement à de nombreux intermédiaires (agences, avocats, médecins…).
La GPA pose des problèmes humains et moraux évidents : l’éclatement de la filiation, l’exploitation de la vulnérabilité et l’asservissement de la femme, la marchandisation de l’enfant et donc de la vie humaine, la reconnaissance implicite du droit à l’enfant, la fin de la relation parents/enfants avec la reconnaissance d’une fausse parenté dite « sociale », le développement du tourisme de la procréation…

Pour mettre fin à ces dérives, j’ai déposé, le 8 avril 2015, une proposition de loi qui met en exergue 4 points importants pour interdire la GPA en France :

• Le recours à une mère porteuse doit être isolé au sein du code pénal et séparé du pur abandon d'enfant afin d'être érigé en délit spécial.

• Il est indispensable de prévoir un interdit de la promotion du recours à une mère porteuse (incarné par l’article 2 de ma proposition de loi.

• De la même manière que le code pénal permet de passer outre le principe de la double incrimination, notamment pour les crimes, la raison appelle à agir de même pour les cas d’atteinte violente à la dignité de la personne humaine que sont ces gestations et procréations par autrui, fruits d’un véritable tourisme procréatif.


• Enfin, la France doit reprendre le rôle par lequel elle a si souvent brillé dans son histoire en proposant l'adoption d'une convention internationale contre la procréation et la gestation par autrui. Ne soyons pas hypocrites, on ne peut l’interdire en France et le permettre à l’étranger, cela reviendrait à encourager et à valider cet esclavage procréatif.