vendredi 15 mai 2015

GPA : Mettons fin au double discours !


Le tribunal de grande instance de Nantes a enjoint, mercredi 13 mai, au procureur de la République de la ville la transcription sur les registres d'état civil les actes de naissance de trois enfants issus de la Gestation Pour Autrui.

Une fois encore la GPA entre dans notre pays par la petite porte !

Alors que le premier ministre, Manuel Valls, tenait le 3 octobre 2014 de fermes déclarations contre la « marchandisation du corps des femmes » aujourd’hui, les actes n’ont pas pris le relais sur les paroles.

Combien de temps encore, allons-nous tolérer ce double discours qui consiste à, d’un côté interdire la GPA, mais de l’autre, à tolérer cette pratique dans les faits en facilitant l’accueil des enfants issus de GPA à l’étranger ? Demander l’interdiction d’une pratique tout en reconnaissant ses effets est intenable à terme, et dénote d’une volonté délibérée de légalisation des mères porteuses à terme ou d’une méconnaissance plate du droit.

Aussi, il est urgent de faire adopter ma proposition de loi visant à lutter contre le recours à une mère porteuse afin que, notamment, le recours à une mère porteuse soit érigé en délit spécial au sein du Code Pénal. De plus, nous nous devons de condamner tous les auteurs d’infractions cherchant à contourner la loi française en la matière. De ce fait, de la même manière que le code pénal permet de passer outre le principe de la double incrimination notamment pour les cas de tourisme sexuel, la raison appelle à agir de même pour les cas d’atteinte violente à la dignité de la personne humaine que sont ces gestations et procréations par autrui, fruits d’un véritable tourisme procréatif.


Après les paroles, place aux actes, au nom de la dignité humaine !


jeudi 14 mai 2015

Question au Gouvernement du 13 mai 2015 : "Nous devons responsabiliser les pays d'origine en matière d'immigration !"

Lors de la séance des Questions au Gouvernement du 13 mai 2015, j'ai interpellé le Premier Ministre sur la nécessité de renforcer les peines contre les « passeurs » marchands d’esclaves, en les considérant pour ce qu’ils sont : de véritables criminels !



Immigration : Responsabilisons les pays d... par valerie-boyer

mardi 12 mai 2015

Projet de loi sur le dialogue social : La mise à mort de l’égalité professionnelle !

A l’heure où les français croulent sous les impôts, que les familles sont étranglées par la réforme des rythmes scolaires, que le projet de loi « modernisation de notre système de santé » est le théâtre d’un désastre sanitaire annoncé, une fois de plus, le gouvernement divise les français.

En supprimant du code du travail le « Rapport de Situation Comparée » (RSC, obligatoire pour les entreprises de plus de 50 salariés) instauré par Yvette ROUDY, alors Ministre Déléguée aux Droits de la femme en 1983, qui permet d’identifier les inégalités au sein d’une même entreprise afin de les rectifier, le gouvernement opère un véritable délit de genre.

Avec François Hollande c’est : Les femmes, à la maison !

Les femmes deviennent alors victimes de leur sexe, victimes des inégalités qui persistent entre hommes et femmes dans le monde du travail.

Au XXIème siècle, le projet de loi de François Rebsamen, réaffirme le mépris du gouvernement envers les femmes et opère un véritable retour en arrière. C’est une honte !
A l’occasion de son quinquennat, Nicolas Sarkozy s’est beaucoup investi pour l’amélioration de la condition des femmes. Concilier vie professionnelle et vie familiale, via le développement de nouvelles solutions de garde, la promotion de la parité via la loi Copé-Zimmermann (cette loi prévoit une représentation équilibrée des femmes et des hommes dans les Conseils d’administration des moyennes ou grandes entreprises, à hauteur de 40% minimum), ou encore la lutte contre les violences faites aux femmes (Loi n° 2010-769 du 9 juillet 2010 relative aux violences faites spécifiquement aux femmes), sont autant de sujets qu’il a eu à cœur de faire progresser. Tout au long de sa mandature, il a souhaité faire émerger une nouvelle génération de femmes politiques choisies pour leurs mérites et leurs compétences à qui il a confié de hautes responsabilités : Christine Lagarde à l’Économie puis au FMI, Nathalie Kosciusko-Morizet à l'Écologie, Valérie Pécresse à l’Enseignement supérieur puis au Budget, Michèle Alliot-Marie à la justice, à la défense … et bien d’autres.

En 2015, les écarts de rémunération dans les entreprises varient entre 9% et 15%. De manière globale, les femmes gagnent 27% de moins que les hommes.

D’ailleurs, il a été calculé que pour parvenir au même salaire, les femmes devraient travailler 3 mois de plus par an. Cet écart de salaire varie en fonction de l’âge des femmes, notamment chez les cadres, comme le démontre une étude récente de l’APEC[1], passant de 4,2 % chez les moins de 30 ans à 12,5 % chez les cadres de plus de 50 ans. Ces inégalités salariales provoquent mécaniquement des retraites bien moindre pour les femmes.

En juillet 2014, dans son premier avis, le Comité de suivi des retraites s’est penché sur les inégalités entre hommes et femmes au moment de la retraite. Nous constatons que les pensions versées aux femmes restent inférieures à celles que touchent les hommes : l’écart est de 42 % si on ne tient compte que des droits directs, et de 29 % si on inclut les droits dérivés (pensions de réversion, notamment).

C’est pourquoi aujourd’hui nous devons dire stop au recul de l’égalité professionnelle entre les hommes et les femmes !




[1]Association Pour l’Emploi des Cadres

lundi 11 mai 2015

Valérie Boyer : "Immigration : Ne pas agir c'est devenir complice !"

Ce dimanche, à l’occasion de la commémoration en Guadeloupe de la journée nationale de commémoration de la traite et de l'abolition de l'esclavage, François Hollande a fustigé les "nouveaux négriers" qui exploitent la détresse des migrants en Méditerranée. Une fois encore, le Président de la 
République fait primer les paroles aux actes.

Ne pas agir c’est devenir complice !

J’ai ainsi déposé, il y a quelques jours, une proposition de loi visant à renforcer la lutte contre les trafics de migrants. Les Nations Unies estiment à 32 milliards de dollars par an dans le monde, dont 3 milliards pour l’Europe, les profits générés par la traite des êtres humains. Au regard de ces chiffres, ce trafic est le troisième trafic le plus lucratif pour les organisations criminelles, après le trafic de stupéfiants et celui des armes.

Combattre ceux qui se font appeler « passeurs » n’est pas une simple question de sécurité mais doit être un devoir de dignité.

Afin de renforcer la lutte contre ces marchands d’esclaves du XXIe siècle, je propose de renforcer les sanctions juridiques prévues par notre droit positif, avec la même sévérité que pour les trafiquants d’êtres humains, en les considérant comme de véritables criminels, lorsque notamment les infractions sont commises en bande organisée ou qu’elles ont pour conséquence l’éloignement des mineurs de leur milieu familial ou de leur environnement traditionnel


Nous nous devons de protéger les victimes de ces trafics, sans oublier les Français, également victimes de cette immigration clandestine de masse !


mercredi 6 mai 2015

Valérie Boyer : "François Hollande, c’est 3 ans d’échec et de hausse !"

Ce 6 mai 2015, nous « commémorons » les 3 ans de mandat de François Hollande et l’affaiblissement de notre Nation, de nos valeurs, de notre identité.

2013, 2014, 2015… les années passent et se ressemblent ! François Hollande, c’est 3 ans d’échec et de hausse !

Moi Président, c’est une hausse de 20 % de chômage (+ 605 200 demandeurs d’emploi) qui touche l’ensemble de la population.

Moi Président, c’est 103 impôts supplémentaires créés ou augmentés et 90 milliards d’euros prélevés que subissent les classes moyennes :   80,9 milliards d’euros sur le pouvoir d’achat des ménages et 9,4 milliards d’euros sur la capacité de financement des entreprises.

Moi Président, c’est 200 Milliards de dette supplémentaire à l’heure où la croissance revient en Europe.

Moi Président, c’est une hausse constante de la délinquance avec 10, 4 % des cambriolages, conséquence directe d’une politique pénale laxiste.

Moi Président, c’est une nation divisée sur des questions de société : Mariage Pour Tous, fin de vie ou encore la marchandisation des corps avec la Gestation Pour Autrui.

Moi Président, c’est une explosion des demandes d’asiles de 44 % sur un an, avec un coût de 2 milliards d’euros par an.


Triste anniversaire, 3 ans après c’est effectivement le Changement : le Changement vers la récession, le Changement vers la régression !