vendredi 24 juillet 2015

La Mairie des 11e et 12e arrondissements de Marseille affiche son soutien aux Chrétiens d’Orient




A ma demande, un message de soutien aux Chrétiens d’Orient a été posé, ce jeudi 23 juillet 2015, sur la façade de la Mairie des 11e et 12e arrondissements de Marseille, à côté du kakémono commémorant le centenaire du génocide arménien.

En tant que Députée,  j'ai été la première, il y a maintenant un an, le 23 juillet 2014,  à interpeller le gouvernement sur la situation des Chrétiens d’Orients et à employer le terme de génocide. J’ai également organisé en septembre dernier,  une soirée de soutien aux Chrétiens d'Orient, dont les bénéfices ont été reversés aux associations ''Fraternité en Irak'' et ''l'Œuvre d'Orient''.

Aux vues des événements tragiques qui se déroulent à moins de 4h d’avion de chez nous, ne laissons pas l’Histoire, cent ans plus tard, se répéter. Depuis un peu plus de deux ans, la quasi-totalité des chrétiens a fui pour échapper aux persécutions.

La minorité chrétienne résiste, se bat, et son combat transcende sa propre cause, car ce qui est en jeu, c'est le combat pour la liberté de tous contre l'oppression, c’est le combat de notre civilisation.

Il est plus que temps de mettre fin à cette indifférence générale !


Que ce soit le génocide arménien, le génocide assyrien, je ne resterai pas silencieuse face à ces menaces qui pèsent sur notre civilisation, je ne resterai pas spectatrice de cette Histoire qui se répète.


jeudi 9 juillet 2015

Stop aux dégradations des gens du voyage !

Une fois de plus les gens du voyage se sont installés illégalement sur les terrains St-Menet Pépinière et St-Menet Mouton. Ces individus enfreignent les lois de la République en toute impunité.

La France est un Etat de droit dans lequel il existe des règles qui doivent être appliquées par tous. Cette situation exaspère les habitants des 11e et 12e arrondissements de Marseille, qui vont devoir payer une fois de plus la facture : trop c’est trop !

Chaque année, la ville de Marseille dépense 150 000€ pour aménager un terrain pouvant accueillir des caravanes dans le 11ème sur l'aire d'accueil de Saint Menet. S’ajoutent à cela les coûts engendrés par l’occupation des autres terrains occupés illégalement. En effet, depuis 2013, les dommages causés atteignent des sommes astronomiques : 170 000€ pour les deux terrains de football de la Pépinière et 340 000€ pour les trois terrains de rugby, football, base-ball et mini modèle St-Menet Mouton (presque 1000 licenciés pratiquent leur sport sur ces 3 terrains).

Ainsi, j’ai déposé hier une requête aux fins d’expulsion devant le tribunal administratif pour mettre fin le plus rapidement possible à cette situation. J’ai également demandé que ce soient les gens du voyage qui paient les réparations, et non pas les contribuables. Il est inadmissible que nos impôts servent à financer le remplacement de portes fracturées, de volets cassés, ou encore du de transformateurs vandalisés sur les sites occupés par les nomades. Nonobstant le gazon naturel qui est ravagé par les voiture caravanes et piquets de tente, ainsi que les passages de trop nombreuses personnes.

Que l’Etat fasse respecter nos lois ! Si le préfet ne veut pas faire respecter l’ordre républicain, c'est alors à l'Etat de prendre ne charge les dégâts pas au contribuable marseillais !

vendredi 3 juillet 2015

GPA : La Cour de Cassation cède aux menaces de la CEDH !

Ce vendredi 3 juillet 2015, la Cour de Cassation a rendu son verdict sur la retranscription d’actes de naissance d’enfants nés de GPA à l’étranger.

Dans un arrêt rendu ce jour, elle considère qu’une « GPA ne justifie pas, à elle seule, le refus de transcrire à l’état civil français l’acte de naissance étranger d’un enfant ayant un parent français ».

Par cet arrêt, la Cour de Cassation, tout comme la CEDH promeut le marché lucratif de la GPA qui, dois-je le rappeler, est interdite en France.

Manifestement, la porte est désormais ouverte à la marchandisation du corps de femmes, qui pour la grande majorité des cas, sont en situation d’extrême pauvreté et n’ont pour autre choix que de porter puis vendre leur enfant pour survivre.

Cette exploitation donne aujourd’hui lieu à un trafic d’êtres humains qui gangrène l’Europe et bientôt la France.

Les Droits de l’Homme et de l’Enfant sont bafoués et l’hypocrisie du Gouvernement sur cette question fait montre du peu de volonté politique de la gauche en la matière.

Comment peut-on interdire en France une pratique mais la tolérer à l’étranger ?

Si le Premier Ministre, Manuel Valls, tenait le 3 octobre 2014 de fermes déclarations contre la «marchandisation du corps des femmes», force est de constater qu’il reste inactif sur le sujet.

J’ai déposé en avril 2015, une proposition de loi visant à interdire le recours à une mère porteuse dans laquelle j’incite le Gouvernement à remettre un rapport au Parlement relatif aux propositions qu’il pourrait soumettre sur l’adoption d’une convention internationale spécifique sur l’interdiction de la gestation et de la procréation par autrui.


C’est pourquoi aujourd’hui je demande au Gouvernement de mettre fin à l’attentisme et au double discours en appliquant une politique de répression auprès des Français acquéreurs d’enfants issus de GPA !